Ouzbékistan

Circuits et voyages Ouzbékistan

Terre Istan

Votre conseiller

Beata, votre spécialiste voyage
Contacter Beata

votre spécialiste Ouzbékistan
au 01 44 32 12 84

Demande de devis

Très investis sur les destinations que nous
proposons, c'est en véritable expert que nous
vous proposons nos conseils et services

Faire ma demande de devis

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : OUZBEKISTAN

SUPERFICIE : 447.400 km²

POPULATION : 29,6 millions d’habitants

DENSITE : 60 hab./km²

CAPITALE : Tachkent

NATURE DU REGIME : République

CHEF DE L’ETAT : Chavkat Mirzoioïev

LANGUE OFFICIELLE : Ouzbek

MONNAIE : Sum Ouzbek

FUSEAU HORAIRE : GMT +5 soit un décalage horaire de + 3h00 en été, et + 4h00 en hiver par rapport à la France.

RELIGION : Musumalne

REVENU MENSUEL MOYEN : 150$

RESSOURCES PRINCIPALES : pétrole, le gaz naturel et l’uranium, le tourisme

GEOGRAPHIE

Au cœur de l’Asie Centrale, l’Ouzbékistan s’étend sur 1.425 km d’ouest en est, et 930 km du nord au sud. Frontalier du Turkménistan, du Kazakhstan, du Tadjikistan, du Kirghizistan et de l’Afghanistan. Essentiellement désertique, seuls 10% des terres sont exploités par l’homme. L’Amou-Daria et le Syr-Daria sont les plus importants fleuves du pays et se jettent tous deux dans la mer d’Aral. Au nord-est et au sud, s’étendent les chaînes de Tian Shan et de Guissar-Alav. Le sommet le plus élevé est l’Adelunga Toghi qui culmine à 4.301 mètres.

CLIMAT

Le climat est de type continental, sec et très contrasté. Le printemps est doux et pluvieux, l’été est très chaud et sec, l’automne voit le retour des pluies avec de petites gelées. Le climat hivernal est instable avec de la neige et des températures inférieures à 0°. Les meilleures périodes pour visiter la pays : le printemps (mars à mai) et l’automne (septembre à début novembre).

FAUNE ET FLORE

L’Ouzbékistan regroupe plusieurs écosystèmes avec des contrastes typographiques et géographiques importants. Les montagnes escarpées sur sa frange orientale, offrent des territoires isolés, rocheux et boisés ; qui abritent des ours, lynx, chamois, et même quelques léopards des neiges. Les plaines désertiques plus à l’ouest, sont peuplées de gazelles, rapaces, varans, scorpions et serpents. L’Ouzbékistan renferme 15 réserves naturelles, dont la plus grande (Hissar) couvre environ 750 km².

ENVIRONNEMENT

L’absence de lois de protection de l’environnement menace une grande partie du territoire et les parcs nationaux qui manquent de moyen pour lutter contre l’abattage illégal et le braconnage. Mais le plus préoccupant reste le désastre de la mer Aral. La mer d'Aral constitue pour l'Ouzbékistan une véritable catastrophe écologique. Une partie des fleuves et des rivières qui l'alimentaient ont été détournés pour l'irrigation. Ainsi, au cours de ces vingt dernières années, le niveau des eaux du lac a baissé de 13 mètres et leur salinité a triplé. Les différentes espèces de poissons ont disparu les unes après les autres, le sel et les sables entraînés au loin par les vents menacent toute la région de désertification. Un programme sur vingt ans destiné à sauver la Mer d'Aral a été mis en place en 1988 mais son issue demeure très incertaine, pour cause de budget et de peu d’intérêts des organisations internationales.

HISTOIRE

Tout au long de son histoire, le territoire de l'actuel Ouzbékistan fut la plupart du temps dominé par les grands empires environnants des Perses, Grecs, Arabes, Mongols ou Russes pour devenir un État à part entière en 1991.

Au VIe siècle av. J.-C. : Les premières civilisations apparues en Ouzbékistan furent en Sogdiane, Bactriane et Khwarezm (Chorasmia). Ces États devinrent des parties de l'empire perse des Achéménides.

En 327 av. J.-C. : Le pays fut pris par Alexandre le Grand, cette conquête mit fin à la dynastie des Achéménides.

Entre le IIIe siècle av. J.-C. et le IIe siècle après J.-C. : la Sogdiane et la Bactriane tombent entre les mains du royaume gréco-bactrien, des peuples nomades des Yuezhi, des Scythes, des Parthes ou encore des Koutchéens bouddhistes. Sous ces derniers, la ville sogdiane de Samarcande devient une plaque tournante de la Grande route de la soie entre la Chine et l'Europe.

Entre le IIe et le VIe siècle : l'actuel Ouzbékistan se retrouve possession des Sassanides perses, puis des Huns blancs venus des confins de la Chine.

Entre les VIe et VIIIe siècles : Occupation par les Turcs (Köktürks).

Vers 712 : Les Arabes, menés par les troupes du général Qutayba ibn Muslim conquirent l'actuel Ouzbékistan.

Entre 819 et 1005 : Les Samanides furent la première dynastie perse à reprendre le pouvoir en Ouzbékistan après la conquête arabe.

De la fin du IXe siècle jusqu'en 1212 : La dynastie turque des Qarakhanides, ancêtres des Ouzbeks modernes, a régné sur l'actuel Ouzbékistan

En 1220 : Le grand conquérant mongol Gengis Khan prit Samarkand. Tamerlan (1336-1405), aussi appelé Amir Timour, allié à Gengis Khan par son épouse Saray Mulk Khanum alias Bibi Khanoum, né près de Samarkand, a bâti un vaste empire incluant plusieurs pays de l'Asie centrale dont l'Ouzbékistan. Son empire tomba en 1507 aux mains des Ouzbeks de la dynastie des Chaybanides.

1429 : Les Chaybanides, dynastie musulmane mongole, se réunirent dans l'actuel Ouzbékistan sous un nom d'ulus (khanat) Ouzbek. C'était la première fois que le nom "ouzbek" apparaît dans l'histoire, il tient du nom d'Özbeg, prince mongol du XIIIe siècle qui implanta l'islam au sein de la Horde d'Or.

A la fin du XIXème : Les Russes arrivèrent dans la région, après une victoire fulgurante des troupes du général Mikhaïl Tcherniaïev. Ils soumirent d'abord en 1864 les khanats de Boukhara et de Khiva, et ensuite l'est de l'actuel Ouzbékistan, incluant Tachkent (1865). En mars 1876, le Khanat de Kokand tombe à son tour dans les mains des russes.

27 octobre 1924 : L'Ouzbékistan s’affiche en tant que république et nation unique et distincte quand diverses entités territoriales de l'Asie centrale furent réunies dans la République socialiste soviétique d’Ouzbékistan.

En 1925 : l'Ouzbékistan intègre l'URSS. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'Ouzbékistan accueillit plusieurs centaines de milliers de familles soviétiques fuyant l'invasion nazie à l'ouest, dont de multiples orphelins de guerre, ce qui accéléra la russification de la république, surtout la capitale Tachkent. Une partie des industries lourdes de la partie européenne de l'URSS y fut également évacuée. Ces usines sont restées en Ouzbékistan après la guerre, contribuant à l'industrialisation de la république.

Depuis 1990 : le pays est gouverné par le président autoritaire, Islom Karimov.

Le 31 août 1991 : l'Ouzbékistan déclare son indépendance. Durant les premières années d'indépendance, le gouvernement ouzbek se consolida sous une étroite tutelle présidentielle. Le nouveau pays renforça sa présence sur la scène internationale, adhéra à l'ONU et à d'autres grandes organisations internationales, ouvrit des liaisons aériennes directes avec plusieurs pays, entama de grands travaux de reconstruction urbaine et routière, adopta des mesures accueillantes pour les investisseurs étrangers.

En 1999 et 2004 : le pays subit les vagues d'attentats terroristes attribués aux islamistes radicaux.

Le 13 mai 2005 : le gouvernement ouzbek réprima dans le sang une insurrection populaire dans la ville d'Andijan.

POPULATION

C’est le pays d’Asie centrale le plus peuplé avec ses 29,6 millions d’habitants dont 80% d’Ouzbeks, 6% de Russes, 5% de Tadjiks, 4% de Kazakhs…avec une densité d’environ 60 habitants / km².

SITUATION ECONOMIQUE

L'Ouzbékistan est un pays agro-industriel. 38% de la population active est occupée dans l'agriculture majoritairement irriguée (cultures du coton, des fruits, des primeurs, du riz, de la luzerne, des vignes ou encore des céréales fourragères, élevage ovin et bovin et sériciculture). Le pays dispose également d'importantes richesses minières (gaz naturel, uranium, cuivre, pétrole) ce qui contribua à l'industrialisation du pays dans l'après-guerre et a totalisé récemment une bonne partie des investissements étrangers dans les secteurs de l'extraction minière, du raffinage du pétrole ou encore de la machinerie agricole et de l'assemblage de voitures.

HEURE LOCALE

GMT +5 soit un décalage horaire de + 3h00 en été, et + 4h00 en hiver par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est le Soum (UZS).

Taux en 2014 : 1 € = environ 3 043 Soum. Attention au cours, très fluctuant.

Change impossible en Europe. Exportation des devises interdites. Présence d’un marché parallèle.

L’Euro et plus particulièrement le Dollar américain sont des devises étrangères reconnues et acceptées par de nombreux commerçants. A noter que les cartes de crédit type Visa, American Express... sont rarement acceptées (seulement dans quelques grands hôtels mais attention à la commission élevée) et les appareils distributeurs de billets extrêmement rares. Le chèque n’existe pas. Les bureaux de change sont nombreux. Les transactions, même d’un montant relativement élevé se font en liquide. Les coupures en circulation sont de faible montant (la plus grosse coupure -1.000 soums- équivaut à moins d’un dollar US) ce qui implique de devoir transporter un assez gros volume de coupures.

LANGUE

​La langue officielle du pays est l’ouzbek, parlée par 17 millions de personnes dans le pays (soit plus de la moitié de la population). Le russe, principalement à Tachkent et dans les grandes villes, reste une langue importante de communication. Les langues tadjiks et karakalpakes sont également utilisées localement.

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

  • De France en Ouzbékistan, composez le 00 998 + indicatif de la ville + numéro local
  • De Ouzbékistan en France : 8 10 33 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

Il est possible d’accéder facilement au réseau internet dans les grandes villes (hôtel, cybers cafés) mais la connexion reste bien souvent lente..

La couverture GSM est correcte.

ELECTRICITE

220 Volts et prises européennes.

SHOPPING

Vous trouverez toutes sortes d'étoffes et foulards en soie, céramiques, aquarelles ou encore les traditionnelles suzanis, de grandes tentures murales aux motifs traditionnels confectionnées à Ourgout, petit village dans les montagnes au sud de Samarkand. A Boukhara, visez plutôt les tapis: sombres ou chamarrés, aux motifs afghans, turkmènes ou boukhariotes. Malheureusement, les tapis de bonne qualité sont devenus rares, et beaucoup sont même fabriqués à la chaîne en Inde et présentés comme des produits traditionnels, donc soyez prudents dans vos achats. A Boukhara toujours, allez dans le bazar pour trouver d'excellents thés et épices de toutes sortes et toutes provenances. Petites figurines en terre cuite et articles en laine et en feutre sont toujours des productions locales. En revanche, les bijoux ne sont pas d'une qualité exceptionnelle. Enfin, la calotte traditionnelle ouzbek, décorée selon des motifs particuliers à chaque ville, peut être achetée dans n'importe quel bazar du pays, tout comme le Khalat : manteau matelassé aux couleurs chatoyantes..

PHOTOS ET FILMS

S’il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo, ne jamais proposer de payer pour la prendre, cela encourageait une forme de mendicité inexistante à ce jour. 

CUISINE

Le plat national ouzbek est le plov, à base de riz sauté et de viande de mouton. Il en existe une centaine de recettes selon les régions. Le plat est traditionnellement cuisiné le vendredi, ainsi que pour toutes les grandes occasions. L’autre spécialité culinaire est le chachlik, qui signifie « six morceaux ». Ce sont des brochettes composées de six morceaux de viande et de gras. Les plus communes sont à la viande de mouton, mais on en trouve également au bœuf ou au poulet. Les kebabs sont des pièces de viande hachée, moulées à la main autour de la brochette. Chachliks et kebabs se mangent accompagnés d’oignon au vinaigre. La viande est légèrement épicée ou parfumée à la coriandre. Enfin, les bazars regorgent d’autres spécialités ouzbeks, ouighours ou kazakhes. Les plus courantes sont les laghmans, de longues nouilles qui se mangent en soupe ou sautées, les manty, de gros raviolis cuits à la vapeur et fourrés de viande et d’oignon, les chuchvara, des raviolis également, mais qui sont garnis de carotte ou de potiron ou encore le bechbarmak, une spécialité des nomades kazakhs, faite de viande bouillie de mouton ou de bœuf et de morceaux de foie, servie avec des oignons, des pommes de terre et des nouilles. En septembre et octobre, les bazars se gorgent de fruits et de légumes d’excellente saveur, dont la plupart proviennent de la fertile vallée de Ferghana. C’est aussi la saison du melon, des pastèques et des citrouilles. 
On trouve de nombreux lieux de restauration au bord des routes, dans les centres animés des villes (bazars) ou dans les tchaïkhanas de quartier. Si les restaurants proposent la plupart du temps une cuisine à l’européenne, de nombreux établissements sont spécialisés en cuisine géorgienne, azéri ou coréenne. Dans les bazars et les tchaïkhanas, les menus sont toujours les mêmes, mais l’éventail des spécialités d’Asie centrale est suffisamment important pour permettre de varier les plaisirs. 

BOISSON

Le thé, le plus souvent vert, est la boisson incontournable en Ouzbékistan. Servi à toute heure de la journée, en guise de bienvenue ou juste pour passer le temps, le thé est une véritable religion et le servir obéit à tout un cérémonial. Il est préalablement versé trois fois dans une tasse et reversé à chaque fois dans la théière. Ces trois répétitions symbolisent loy, l’argile, moy, la graisse et tchaï, le thé ou l’eau. Le premier étanche la soif, le second isole du froid et du danger, le troisième éteint le feu.

La vodka est la seconde boisson en Ouzbékistan, un peu moins traditionnelle, mais présente, c’est un souvenir laissé par les Soviétiques.

L’eau du robinet n’est pas potable, les bouteilles d’eau minérale sont en vente un peu partout.

FETES

1er janvier : Jour de l´an.
8 mars : Journée de la femme.
21 mars : Navruz (nouvel an zoroastrien).
1er mai : Fête du travail.
9 mai : Fête de la Victoire (1945).
1 septembre : fête nationale
8 décembre : Fête de la Constitution

POURBOIRES

Si le pourboire n’est pas obligatoire et dépend de votre appréciation, il est d’usage d’en donner un quand on est satisfait des prestations.

Sachez que le pourboire est un « plus », en aucun cas il ne se substitue au salaire du personnel.

A titre indicatif, nos voyageurs ont l’habitude de donner environ l’équivalent (par personne et par jour) de :

  • 1,5 € à 2 € pour les chauffeurs
  • 3 € à 4 € pour les guides

En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs,…), les usages sont très variables.

Dans tous les cas, il est recommandé de caler le montant du pourboire que vous souhaitez donner au niveau de vie du pays, comme nous le faisons en France (le prix d’un paquet de cigarettes de marque locale, d’une bière, d’un soda ou d’un repas peut vous donner un aperçu de l’économie locale).

Pour information, le revenu mensuel moyen par personne est d’environ 150$.

QUELQUES BONNES MANIERES

Notez que certaines pratiques anciennes ont valorisé le « côté droit » !

  • Il convient toujours de manger de la main droite, de tendre un objet à quelqu’un de la main droite d’entrer dans une maison du pied droit
  • On ne se mouche pas en public
  • Tamerlan reste la référence historique et politique des Ouzbeks, qui aiment les personnages forts comme Napoléon, le général de Gaulle, Staline. Mieux vaut éviter les discussions sur ce sujet si vous n’appréciez pas ces personnages.

LEXIQUE

L’ouzbek appartient à la famille des langues turques.

Iltimos                        S’il vous plaît            
Rakhmat                                 Merci
Markhamat                  Je vous en prie             
Assalom alaïkoum, salam         Bonjour, bonsoir
Khaière (e muet)          Au revoir                      
Ketchiraciz                   Excusez-moi, permettez…
Kha                             Oui                               
Iltimos khisobni bering  L’addition, s’il vous plaît
Iiok                             Non                              
Men cizni touchounmayapman   Je ne comprends pas
Netch poul… ?              Combien coûte… ?         
Ismingiz nima ?            Comment vous appelez-vous ?
Mening ismim…            Je m’appelle…               
Kaierda… ?                  Où se trouve… ?
Otchik                         Ouvert                          
Yopik                          Fermé

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  •  Le guide Olizane (édition 2008)
  •  Le guide Petit Futé (édition 2009)
  •  Le guide Lonely Planet (en français) Asie Centrale, la route de la soie (édition 2007)

Livres et romans

«Ouzbékistan, au cœur des routes de la soie», de D.Labouche & S. Cozzy (Edition Géorama – 2006)
«Ouzbékistan, la croisée des chemins », de Catherine Pujol (Edition Belin – 2005)
«Dix jours en Ouzbékistan, récit d’un pèlerin souffi »,de Colette Nour Brahy (Edition Albouraq – 2004)
« Tamerlan », de Arnaud Blin (Edition Académique Perrin – 2007)
« Samarcande », de Amin Maalouf (Edition Livre de poche – 1998)

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

DOUANES

La législation douanière exige la déclaration à l’arrivée des biens, valeurs et devises. Les douanes sont très à cheval là-dessus.  La totalité des devises détenues par les voyageurs doivent être déclarées. Conservez votre bordereau de déclaration : les sommes déclarées à l´entrée en Ouzbékistan constituent la limite de ce que vous pourrez emporter en quittant le pays.

FORMALITES

L’Ouzbékistan nécessite l’obtention d’un visa d’entrée pour les ressortissants français.

Merci d’effectuer vos démarches directement auprès du consulat :

AMBASSADE et CONSULAT d’OUZBEKISTAN

22 rue d’Aguesseau – 75008 Paris

Tel : 01 53 30 03 55 - Fax : 01 53 30 03 54

www.ouzbekistan.fr (possibilités de formulaires E-Visa à remplir directement en ligne)

Ouvert du lundi au vendredi de 09h00 à 12h00

ACTION VISAS
10-12 rue du Moulin des Prés – 75013 Paris

Tel : 0 892 707 710 – Fax : 01 45 88 59 84

www.action-visas.com

Ouvert du lundi au vendredi de 09h30 à 12h00 et de 13h30 à 18h30, le samedi de 09h30 à 13h00.

Liste des documents à joindre pour l’obtention d’un visa Ouzbek :

  • Votre passeport (n’oubliez pas de le signer) valable 6 mois après votre date de retour
  • Une photo d’identité récente
  • Un formulaire de demande de visa complété et signé, à remplir en ligne (www.ouzbekistan.fr)
  • Une attestation de notre agence de voyage indiquant la durée et date du séjour ou la copie de votre titre de transport aller-retour

Le visa est valable pour un séjour de 7, 15 ou 30 jours, pour une entrée. Possibilité de demander des visas de plus longue durée ou pour plusieurs entrée.

Le délai théorique d'obtention du visa peut varier.

Tarif consulaire (au 03/09/2014) : 60 € / visa (7 jours) ;  70 € / visa (15 jours)

Soyez rigoureux lorsque vous remplissez des formulaires de visa.
Ne vous trompez pas dans les dates d’arrivée et de départ, le numéro de votre passeport…etc…
La validité de votre visa dépend de ces documents.
En cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter.

SECURITE

Si la capitale Tachkent et les grands sites touristiques du centre et de l’ouest du pays (Samarcande, Boukhara, Khiva, Noukous) semblent bien sécurisés, il est recommandé aux voyageurs de bien s’informer avant leur départ de l’évolution de la situation sécuritaire et d’observer sur place des mesures de précautions.

Concernant la sécurité en Ouzbékistan vous trouverez sur le site du ministère des Affaires Etrangères (www.diplomatie.gouv.fr) des conseils et avis à jour relatifs à la sécurité des Français en voyage en Ouzbékistan.