Monténégro

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : MONTENEGRO

SUPERFICIE : 13 812 km²

POPULATION : 661 807 Hab. (2012)

DENSITE : 44 ,9 hab. /km2

CAPITALE : Podgorica

NATURE DU REGIME : République parlementaire

CHEF DE L’ETAT : Filip Vujanović (président de la république)

LANGUE OFFICIELLE : Le monténégrin (langue officielle) ; l'albanais, le bosniaque, le croate et le serbe sont également parlés.

MONNAIE : Euro (EUR)

FUSEAU HORAIRE : GMT +1 c’est-à-dire qu’il n’y a pas de décalage par rapport à la France.

RELIGION : Catholique orthodoxe

REVENU MENSUEL MOYEN : 578 $, soit 6 940 $ par habitant et par an..

RESSOURCES PRINCIPALES : Les ressources naturelles du Monténégro sont principalement composées de bauxite, de charbon et de bois. Le potentiel hydrologique est important et le climat favorable pour l’agriculture et le tourisme. Cette dernière est la principale source de revenus avec l’industrie des métaux.

GEOGRAPHIE

Coincé entre les Balkans et la mer Adriatique, le Monténégro est cerné par des voisins à la réputation plutôt « remuante » : Bosnie à l’Ouest, Serbie au Nord, Kosovo à l’Est et Albanie au Sud-Est…

La frontière avec la Croatie ne s’étend que sur quelques kilomètres, le long de l’étroite bande croate menant vers Dubrovnik.

Le territoire est essentiellement montagneux et forme l’une des régions les plus accidentées de tous les Balkans. Les principaux sommets avoisinent les 2 500 m dans les monts Durmitor et le célèbre mont Lovcen, tout proche du littoral, se dresse encore à 1 749 m. La roche calcaire, aveuglante sous le soleil, forme de vastes karsts, cisaillés par les eaux d’infiltration - à l’origine de la formation du profond canyon de la Tara et de quelques autres.

La forêt recouvre encore plus de la moitié du territoire (54 %).

CLIMAT

Si l’hiver est doux sur le littoral de l’Adriatique, il est glacial dans les montagnes du Nord, où tombe un épais manteau de neige. L’été, et même dès le mois de mai, il fait chaud partout (32-33 °C de moyenne haute à Podgorica), un peu moins sur les côtes où soufflent les vents marins. La température de l’eau atteint 21 °C dès le mois de juin, et jusqu'à 25 °C en août. L’automne est très pluvieux, surtout à l’ouest ; les sommets dans l’arrière-pays de Kotor peuvent recevoir jusqu’à 5 m de pluie par an, un record pour le Vieux Continent !

Mai, juin et septembre sont les meilleurs mois pour voyager au Monténégro.

FAUNE ET FLORE

Les nombreuses espèces d’animaux trouvent refuge dans les endroits cachés du Monténégro. Les férus d’ornithologie seront comblés. Mais ceux qui espèrent apercevoir un ours ou un loup seront déçus.

De nombreux oiseaux rares des marais se rassemblent autour du lac de Skadar et de gros rapaces survolent les montagnes. Le plus imposant est l’aigle royal. Son envergure va jusqu’à 2,40 m et son régime à base de rongeurs s’agrémente parfois d’agneaux et de petites chèvres.

Les grands mammifères (ours bruns, loups gris, lynx boréals) se font généralement discrets pour ne pas être tués.

ENVIRONNEMENT

“Beauté sauvage” : le slogan touristique du Monténégro n’est pas mensonger. Ce petit pays est en effet un concentré de merveilles naturelles, souvent encore préservées. Dans les montagnes de l’arrière-pays, des étendues de forêt vierge hébergent de grands mammifères depuis longtemps disparus dans la majeure partie du continent. On compte pas moins de cinq parcs nationaux sur ce petit territoire : Parc national du Durmitor, Parc national du Lovcen, Parc national de Biogradska Gora, Parc national du lac de Skadar, Parc national des Prokletije.

HISTOIRE

300 av. J.-C. : Les tribus illyriennes dominent les Balkans : elles fondent des cités-États (dont une au bord du lac de Skadar près de l’actuelle frontière albanaise) et s’imposent comme puissance maritime dans l’Adriatique.

231-228 av. J.-C. : La reine illyrienne Teuta s’établit à Risan. Sous son commandement, les pirates  sillonnent l’Adriatique, s’attaquant notamment aux Romains. Ces derniers finissent par mettre un terme à son règne.

100 : Doclea (aujourd’hui Podgorica), une colonie créée par les Illyriens, s’accroît jusqu’à devenir une ville importante sous l’Empire romain. Elle compte près de 10 000 habitants.

395 : L’Empire romain est divisé en deux. La Croatie et la Bosnie actuelles se retrouvent dans la partie occidentale, la Serbie intègre l’Empire byzantin, à l’est, et le Monténégro se tient sur la ligne de partage.

614 : Les Avars pillent les cités romaines de Salone (Split) et d’Epidaurum (Cavtat). Les tribus slaves suivent leurs pas, tantôt en défenseurs invités, tantôt en occupants opportunistes.

Années 800 : La première entité serbe, la Rascie, voit le jour près de l’actuelle ville serbe de Novi Pazar. Elle est enserrée entre les Empires byzantin et bulgare.

869 : Les moines macédoniens Méthode et Cyrille créent l’alphabet glagolitique, précurseur de l’alphabet cyrillique, afin de favoriser l’expansion du christianisme parmi les peuples slaves.

1015 : Après le déclin de l’Empire bulgare, suite à la mort du tsar Samuel, la Dioclée devient une principauté serbe et supplante bientôt la Rascie.

1166 : Étienne Nemanja fonde la dynastie Nemanjic, une lignée serbe qui va régner pendant plus de 200 ans. Il sera canonisé par l’Église orthodoxe plus tard.

1331 : Selon la légende, aucun autre homme n’était aussi grand que Dušan, l’héritier du trône serbe. Il transforme la Serbie à son image, en l’un des plus grands royaumes d’Europe de l’époque.

1355 : La famille Balšic arrive sur le devant de la scène. Malgré sa position au sein de la noblesse serbe, elle serait probablement issue d’un milieu valaque.

1389 : Une grande partie de la noblesse serbe est décimée lors de la bataille de Kosovo Polje par les envahisseurs turcs ottomans. Les Ottomans accroissent leurs conquêtes dans les Balkans.

1482 : Après une série d’assauts ottomans menés contre la Zeta à la fin des années 1470, Ivan Crnojevic conduit les survivants qui refusent de se rendre à Cetinje, qui deviendra le cœur de l’État monténégrin.

1521 : Les Ottomans s’emparent de Belgrade, confirmant leur contrôle sur la Serbie. Les Vénitiens qui étendent leur conquête du littoral adriatique depuis un siècle en contrôlent la majeure partie.

1593-1606 : Pendant les guerres austro-ottomanes, le pape tente, sans grand succès, d’inciter les Monténégrins, également chrétiens, à combattre les Ottomans. Les Ottomans contrôlent Bar et Ulcinj.

1667 : Un séisme dévastateur frappe la côte adriatique, détruisant une grande partie de Kotor, alors sous contrôle vénitien. La ville a également subi une épidémie de peste peu de temps auparavant.

1696 : Danilo devient vladika (prince-évêque) et fonde la dynastie Petrovic. Il sert d’intermédiaire dans les conflits entre les tribus et les clans et, au bout de 15 ans, commence à lutter contre les Ottomans.

1784 : Pierre Ier Petrovic Njegoš est consacré vladika et devient un héros militaire et spirituel. En 1796, il vainc le renégat ottoman Kara Mahmud et étend considérablement le territoire monténégrin.

1797-1815 : Napoléon met fin à la république vénitienne ; les territoires vénitiens sont d’abord donnés aux Habsbourg, mais en 1806, Napoléon conquiert la côte adriatique, à laquelle il donne le nom de provinces illyriennes.

Années 1800 : Pierre Ier Petrovic Njegoš courtise la Russie dans l’espoir d’obtenir un soutien militaire et financier pour lutter contre les Ottomans. Le soutien de la Russie fluctuera selon ses intérêts stratégiques.

1830 : Pierre II Petrovic Njegoš est le dernier vladika et l’un des dirigeants les plus appréciés de la nation. Son poème épique La Couronne de la montagne est une grande œuvre de la littérature monténégrine.

1851 : En prenant le titre de “prince”, Danilo, le neveu de Njegoš, devient le premier dirigeant laïc du pays. Il est assassiné en 1860 par un clan monténégrin rival.

1876-1878 : Pendant les guerres d’indépendance, la Serbie, la Bulgarie et le Monténégro se libèrent de l’Empire ottoman qui perd des territoires. La superficie du Monténégro triple, avec Nikšic, Podgorica, Žabljak et Bar.

1910 : Le prince Nikola Petrovic Njegoš se proclame roi à la surprise de l’Europe qui se demande comment un territoire aussi petit et pauvre, peuplé de 200 000 habitants à peine, peut se qualifier de royaume.

1918 : Le royaume des Serbes, Croates et Slovènes est créé suite à la Première Guerre mondiale. Pierre Ier de Serbie devient roi. Le Monténégro est inclus dans ses territoires.

1920-1939 : L’entre-deux-guerres est une période difficile pour le Monténégro, marquée par le démantèlement de ses institutions, les désaccords sur l’organisation de la Yougoslavie et la morosité économique.

1941 : Hitler envahit la Yougoslavie et la divise en régions sous contrôle allemand et italien. Mussolini occupe le Monténégro avec l’intention d’en faire un protectorat italien.

1943 : Les partisans de Tito opposent une résistance victorieuse et forment un front antifasciste. Ils récupèrent le territoire des troupes italiennes qui se replient puis prennent le contrôle de la Yougoslavie.

1945-1948 : Fondation de la République fédérative socialiste de Yougoslavie. Tito rompt les relations avec Staline et se positionne entre les blocs de l’Est et de l’Ouest, créant le mouvement des non-alignés.

Années 1960 : Le tourisme décolle en Yougoslavie, surtout sur la côte adriatique. Des lieux comme Sveti Stefan attirent la jet-set internationale jusqu’aux guerres yougoslaves.

1980 : Le pays est endeuillé par la mort du président Tito. La Yougoslavie, fortement endettée, est touchée par l’inflation et le chômage. Sans leader charismatique, les griefs des différentes populations s’expriment.

1991 : La Yougoslavie se divise. La Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine et la Macédoine demandent leur indépendance. Un an plus tard, les Monténégrins lors d’un vote décident de rester dans la fédération.

1997 : Milo Ðukanovic remporte de nouvelles élections. Le Monténégro adopte une position pro-occidentale et prend ses distances par rapport à la Serbie.

2003 : La Yougoslavie est remplacée par la Communauté d’États Serbie-et-Monténégro. Censée placer les deux nations sur un pied d’égalité, cette union se révèle vite bancale et défavorable au Monténégro.

2006 : En mai, un référendum sur l’indépendance du Monténégro vis-à-vis de la Serbie est organisé. Une timide majorité (55%) ayant répondu oui, le Monténégro déclare son indépendance en juin.

2007 : Devenu membre de l’ONU l’année précédente, le Monténégro est admis au FMI et signe un accord “de stabilisation et d’association” avec l’UE.

2011 : Le Parlement accorde la double nationalité au citoyen français, le prince Nikola II Petrovic Njegoš, arrière-petit-fils du roi Nicolas Ier, et l’autorise à représenter le pays lors d’événements non politiques.

POPULATION

La répartition ethnique au Monténégro n'est pas homogène, les Albanais sont situés en majorité à l'Est et au Sud-Ouest du pays; aux frontières du Monténégro et de la Serbie et aux frontières avec l'Albanie. Les Musulmans et Bosniaques (terme qui désigne fondamentalement le même groupe : les slaves musulmans du sud) vivent en majorité dans la zone nord dénommée aussi Sandžak. Quant à la répartition Serbes-Monténégrins, elle a été très fluctuante dans le temps non pas à cause de mouvements de population mais bien parce que les gens peuvent se déclarer successivement Monténégrins ou Serbes principalement selon leurs options politiques (souverainisme/fédéralisme). On peut cependant définir en gros deux zones où les Serbes sont plus nombreux que les Monténégrins: la région du Sandjak et la région côtière. La petite minorité croate est localisée pour sa presque totalité dans la baie de Kotor.

SITUATION ECONOMIQUE

Le pays a connu une profonde transformation de sa structure économique dans les dernières décennies, d’une république socialiste de l’ex-Yougoslavie avec quelques industries lourdes à une économie ouverte fondée sur le secteur tertiaire.

Depuis l’indépendance, l’économie a connu une forte croissance, avec une moyenne de 8,7 % entre 2006 et 2008, stimulée par des investissements étrangers directs importants et une forte croissance du nombre de crédits qui ont financés une demande intérieure importante. Le Monténégro a privatisé son industrie d’aluminium - l’industrie dominante - ainsi que la plupart de son secteur financier, et a commencé à attirer des investisseurs d’envergure dans le secteur du tourisme et du transport.

HEURE LOCALE

GMT +1 c’est-à-dire qu’il n’y a pas de décalage par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est l’euro.

LANGUE

Le monténégrin (langue officielle) ; l'albanais, le bosniaque, le croate et le serbe sont également parlés.

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

- De France au Monténégro, composez le 00 382 + (sans le 0) indicatif de la ville + numéro local

- Du Monténégro à la France : 00 33 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

ELECTRICITE

230V, mêmes prises qu’en France.

SHOPPING

Objets et gravures en bois, tapis, poteries

PHOTOS ET FILMS

Il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo.

CUISINE

La double appartenance géographique du Monténégro, à la fois balkanique et méditerranéenne, couplée à son éventail de communautés, lui vaut une palette gastronomique assez diversifiée.

Sur le littoral, l’influence méditerranéenne est manifeste : les bonnes pizzerias abondent, tout comme les restaurants de poisson et de fruits de mer et les plats de légumes cuisinés à l’huile d’olive.

Dans l’intérieur du pays, les traditions sont nettement plus continentales. Crème fraîche (kajmak), yaourt, petit-lait, fromages de vache ou de brebis (comme le prljo vieilli dans un sac en cuir) sont incorporés dans la plupart des recettes.

BOISSON

Les vins du pays valent bien un galop d’essai. Parmi les rouges, conseillons le Vranac Pro Corde et, parmi les blancs, le Krstac, assez sec. L’un et l’autre sont issus des cépages locaux du même nom.

La bière (Niksicko), servie très fraîche, n’existe pratiquement qu’en grandes bouteilles, bien meilleur marché que les bières importées.

Avant ou après le repas du soir, essayez le cognac monténégrin (loza), qui fait la fierté du pays, ou l’une des innombrables et puissantes eau-de-vie de fruits.

FETES

  • 1 et 2 janvier ----- Nouvel an
  • 6 et 7 janvier -----Noël orthodoxe
  • 1 mai ------------ Fête du travail
  • Avril ou mai  ----- Pâques
  • 21 mai  ---------- Jour de l’indépendance
  • 13 juillet --------- Fête nationale du Monténégro

POURBOIRES

On n’attend pas que vous laissiez de pourboire, mais il est habituel d’arrondir à l’euro supérieur.

LEXIQUE

  • Bonjour : Dobar dan
  • Bonsoir : Dobro veče
  • Bonne nuit : Laku noć
  • Au revoir : Doviđenja
  • Quel est votre nom ? Kako se zovete?
  • Je m’appelle… : Zovem se…
  • Enchanté(e) : Drago mi je
  • Comment allez-vous ? Kako ste?
  • Bien, merci : Dobro, hvala
  • S’il vous plaît : Molim
  • Merci : Hvala
  • Il n’y a pas de quoi : Nema na čemu
  • Oui : Da
  • Non : Ne
  • Excusez-moi : Izvinite

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

-       Guide Lonely Planet Monténégro en français (édition 2013)

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

DOUANES

Pas de restrictions particulières.

FORMALITES

Pas de visa exigé pour les ressortissants de l’Union Européenne.

Un passeport ou une carte d’identité en cours de validité suffisent.

SECURITE

Le Monténégro est un pays sûr, respectez les règles élémentaires de sécurité et vous n’aurez aucun problème.

Vous trouverez sur le site du ministère des Affaires Etrangères (www.dipomatie-gouv.fr) des conseils et avis à jour relatifs à la sécurité des Français en voyage au Monténégro.