Equateur

Circuits et voyages Equateur

Terre Latine

Votre conseiller

Virginie, votre spécialiste voyage
Contacter Maria

votre spécialiste Equateur
au 01 44 32 12 81

Demande de devis

Très investis sur les destinations que nous
proposons, c'est en véritable expert que nous
vous proposons nos conseils et services

Faire ma demande de devis

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : EQUATEUR 

SUPERFICIE : 283 520 km²

POPULATION : 22 446 000 hab. (2012)

DENSITE : 55,8 hab. /km²

CAPITALE : Quito

NATURE DU REGIME : République

CHEF DE L’ETAT : Rafael Correa (président de la république)

LANGUE OFFICIELLE : Espagnol – Kichwa - Schuar

MONNAIE : Dollar Américain (USD) 

FUSEAU HORAIRE : GMT -5  soit - 6h avec la France

RELIGION : La religion principale est le catholicisme.

REVENU MENSUEL MOYEN : 5200 $

RESSOURCES PRINCIPALES : L’Equateur est un pays agricole, il exporte essentiellement des fruits et notamment des bananes car il en est le premier exportateur au monde. Par ailleurs, le café, le cacao et les fleurs font également partis de richesses naturelles du pays.
Cependant la production de pétrole reste le secteur le plus important de l'économie équatorienne puisqu’il représente environ la moitié des exportations du pays.

GEOGRAPHIE

Comme son nom l'indique, l'Équateur traverse la ligne de l'équateur, dont le tracé passe dans le nord du pays. Délimité par la Colombie au nord et le Pacifique à l'ouest, il partage une longue frontière avec le Pérou au sud et à l'est. Quito, la capitale, se trouve dans une vallée andine, à 2 850 m d'altitude et à 22 km au sud de l'équateur. Guayaquil, seconde ville et cœur commercial du pays, se situe sur la côte méridionale, tout près de la frontière péruvienne.

CLIMAT

Il y a deux saisons en Equateur : humide et sèche, celles-ci différent selon la région et l’altitude.

La côte Pacifique et les îles Galápagos, influencées par les courants océaniques, sont chaudes et humides d'avril à juin, la période la moins agréable. De mai à décembre, il pleut rarement et la température est plus supportable (frais et sec dans les Galápagos).

En altitude, la saison sèche s'étend de juin à septembre et de décembre à janvier. Cependant, la saison humide n'est pas synonyme de fortes pluies interminables. Dans la vallée centrale, le printemps règne à longueur d'année, avec des températures ne dépassant pas 24°C.

FAUNE ET FLORE

L’Equateur possède une très grande diversité animale et végétale. Sa richesse se manifeste à travers un large éventail d’organismes. Les différents écosystèmes de l’Equateur ont interagi de multiples façons tout au long de l’histoire géologique du pays. 
Différentes régions sont réunies dans un seul pays : l’Archipel des Galápagos, la Côte Pacifique, la Cordillère des Andes et le Bassin Amazonien, ainsi que des étendues désertiques et des volcans enneigés. Par ailleurs, grâce à la douceur de son climat et à la diversité de ses habitats (prairies alpines, marais côtiers, forêts tropicales), la faune équatorienne offre une diversité époustouflante dont un grand nombre d’espèces de mammifères, dont des singes, des paresseux, des lamas et des ours à lunettes. Les ornithologues viennent du monde entier pour admirer le condor des Andes, parmi plusieurs centaines d'autres espèces d’oiseaux. Les  poissons qui peuplent les eaux vives du pays sont tout aussi exotiques.

ENVIRONNEMENT

Le pays peut se diviser en quatre régions : les plaines côtières à l'ouest, les sierras (hauts plateaux andins) au centre, les jungles du bassin amazonien à l'est et les îles Galápagos, à 1 000 km du continent, dans l'océan Pacifique. Les sierras, véritable épine dorsale du pays, se composent de deux chaînes volcaniques pratiquement parallèles, séparées par une vallée centrale (appelée l'Avenue des Volcans) où vit la majeure partie de la population. C'est là que se dresse le volcan Chimborazo (6 310 m), le point culminant du pays.

À l'est des Andes, les basses terres amazoniennes, appelées Oriente, se couvrent d'un lacis quasi impénétrable de forêts tropicales. L'Amazone ne coule pas en Équateur, mais tous les fleuves qui prennent leur source à l'est des Andes l'alimentent.

Enfin, l'archipel des Galápagos, mondialement connu, constitue le premier parc national du pays, renommé pour sa faune unique et peu farouche.

HISTOIRE

1463 :             L’Empire inca, sous le règne de l’Inca Pachacuti Yupanqui, entame la conquête de l’Équateur. Son fils Tupac conduit l’assaut et se heurte à une résistance farouche.

1500 :             Le fils de Tupac, Huayna Capac, vainc les peuples du Cañari (zone entourant l’actuelle Cuenca), les Caras (au nord), et les Quitus (aux alentours de l’actuelle Quito). L’Équateur est annexé au vaste Empire inca.

1526 :             Décès soudain de l’Inca Huayna Capac (sans doute atteint de variole ou de rubéole) qui lègue l’Empire à ses deux fils, Atahualpa et Huáscar. S’ensuit une âpre lutte pour le pouvoir.

1532 :             Le conquistador espagnol Francisco Pizarro arrive avec 180 hommes dans ce qui est aujourd’hui l’Équateur. Ayant eu vent des richesses des Incas, il forme le projet de conquérir le pays pour la Couronne espagnole.

1533 :             Les Espagnols assassinent l’Inca Atahualpa, décapitant l’Empire inca. Pizarro poursuit vers le sud jusqu’à Cuzco (dans le Pérou d’aujourd’hui) et pille la capitale jadis grandiose de Tahuantinsuyo.

1563 :             La Couronne espagnole désigne l’Équateur comme Audiencia de Quito, enlevant ainsi à Lima (Pérou) son statut de siège de l’administration politique. Le territoire s’étend alors de Cali (Colombie) au nord, à Paita (Pérou) au sud.

Années 1600 : Le recours à l’encomienda est largement répandu dans l’Empire colonial espagnol : les colons se voient attribuer des terres, leurs habitants et leurs ressources naturelles – un moyen de réduire les autochtones en esclavage.

1600 :             Naissance de l’école de Quito, dont les artistes et artisans, indiens autochtones, produisent certaines des plus belles œuvres d’art religieux des Amériques. De superbes œuvres syncrétiques sont créées au cours des 150 années suivantes.

1736 :             Une mission scientifique française arrive en Équateur. Elle répand les idéaux des Lumières (nationalisme, individualisme et droit des peuples à disposer d’eux-mêmes), qui joueront un rôle crucial dans les débuts de l’Indépendance.

1767 :             Le roi Charles III expulse les Jésuites de l’Empire espagnol. Les missions de l’Oriente sont abandonnées, tandis que certaines des meilleures écoles et haciendas de l’Équateur colonial amorcent leur déclin.

1790 :             Après un siècle de mauvaise gestion économique espagnole, l’économie équatorienne connaît une grave crise. Les villes sont en ruine et l’élite est réduite à la pauvreté.

1791 :             Eugenio de Santa Cruz y Espejo, l’un des premiers défenseurs de l’Indépendance, prend la tête de la “société patriotique”, organisme visant l’amélioration des droits civiques. Ses écrits le conduisent en prison, où il meurt en 1795.

1809 :             Un groupe de partisans tente de libérer l’Équateur du joug espagnol. Ils prennent Quito et y installent un gouvernement ; au bout de 24 jours, les troupes loyalistes reprennent le pouvoir.

1822 :             Deux ans après que Guayaquil a déclaré son indépendance de la Couronne espagnole, António José de Sucre l’emporte sur les royalistes espagnols à la bataille de Pichincha. L’Équateur est annexé à la Gran Colombia.

1830 :             L’Équateur se sépare de la Gran Colombia et devient une nation indépendante. Des notables de Quito rédigent une Constitution et confient au général Flores les affaires politiques et militaires.

1851 :             Le général José Maria Urbina libère les esclaves. Son successeur, le général Francisco Robles, met un terme aux impôts annuels obligatoires auxquels étaient soumis les autochtones depuis 300 ans.

1859 :             García Moreno arrive au pouvoir. Décrié par ses opposants comme un vil dictateur, il œuvre cependant à l’éducation, à la protection sociale et au développement économique. Il est assassiné en 1875.

1890 :             Le cacao est le pilier de l’économie : la production passe de 6,5 millions de kilos en 1852 à 18 millions en 1890. La valeur des exportations équatoriennes passe de 1 million de dollars à 10 millions sur la même période.

1895 :             José Eloy Alfaro Delgado prend le pouvoir. Champion des idées libérales, il dépouille l’Église de son pouvoir et promulgue la légalisation du mariage civil et du divorce, et instaure la liberté d’expression et de culte.

1920 :             Divers problèmes économiques affligent l’Équateur. Maladie fongique et baisse de la demande mondiale anéantissent l’industrie du cacao. La classe ouvrière se révolte, mais les grèves sont brutalement réprimées.

Années 1930 : Suite aux réformes de la fin des années 1920 (notamment l’octroi de retraites aux fonctionnaires), l’économie s’effondre. Le chômage s’envole et l’instabilité politique ébranle le gouvernement.

1941 :             Des tensions naissent au sujet des terres amazoniennes et le Pérou envahit l’Équateur. Après un accord de paix, l’Équateur cède plus de la moitié de son territoire mais ne reconnaît pas les nouvelles frontières.

1948 :             Galo Plaza est élu président. Son mandat correspond à une ère de progrès et de prospérité. Il ralentit l’inflation, équilibre le budget et investit dans les écoles, les routes et d’autres infrastructures.

1948-1952 :    Une maladie ayant décimé les plantations d’Amérique centrale, l’Équateur devient le premier producteur mondial de bananes, avec des exportations de 2 à 20 millions de dollars entre 1948 et 1952.

1955 :             Les autorités équatoriennes arraisonnèrent deux bateaux de pêche américains, les accusant d’avoir pêché dans leurs eaux territoriales, soit dans un périmètre de 200 milles marins. C’est le début des “guerres du thon”.

Années 1970 : Suite à la découverte de pétrole dans l’Oriente, l’Équateur subit de profonds changements. Le budget du gouvernement, les exportations et le revenu par tête augmentent de 500% et une classe moyenne restreinte commence à apparaître.

1992 :             Des milliers d’Indiens réclamant une réforme de la propriété agraire manifestent à Quito le jour du 500e anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb. Au terme des négociations, ils obtiennent près de 11 000 km² de terres en Amazonie.

1995 :             Une nouvelle et brève querelle frontalière entre l’Équateur et le Pérou fait 400 morts. En 1998, un traité de paix met fin aux hostilités, et les deux pays s’emploient à débarrasser la frontière de ses mines antipersonnelles.

2000 :             Face à la spirale de l’inflation et à la baisse du PIB, l’Équateur abandonne le sucre (la devise nationale) au profit du dollar. L’économie connaît une modeste convalescence, mais le niveau de vie de nombreux Équatoriens passe en dessous du seuil de pauvreté.

2008 :             À l’occasion d’un référendum national, les Équatoriens approuvent la nouvelle Constitution, qui étend les pouvoirs du président, augmente les dépenses sociales et de santé publique, consacre les droits des indígenas et protège l’environnement

POPULATION

Avec près de 15 millions d’habitants l'Équateur a des origines ethniques diverses. Les Métis (ceux qui ont des ancêtres espagnol et amérindien) sont de loin ceux qui ont le plus de poids démographique, ils constituent plus de 65 % de la population actuelle. Les amérindiens sont la deuxième ethnie avec aux alentours de 25 %. Les européens et créoles, les descendants directs des colonisateurs espagnols, ne représentent que 7 % de la population. 

SITUATION ECONOMIQUE

L’Equateur a connu une croissance forte depuis le début des années 2000. Toutefois l’économie dépend du cours mondial du pétrole, le pays exporte environ la moitié de sa production. Par ailleurs, l’agriculture et la pêche constituent également des secteurs dynamiques : l’Equateur est le 1er exportateur mondial de bananes et produit aussi des crevettes, du cacao, du thon, etc. Sur le plan social, le chômage (≈ 4,15 %) et le travail informel (≈ 55%) fragilisent la situation des populations les plus vulnérables, malgré les nombreuses subventions (logement, scolarisation, etc.). La pauvreté reste élevée et touche particulièrement les zones rurales et les populations indigènes.

HEURE LOCALE

Décalage horaire de - 6h00 par rapport à la France

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est le dollar américain (USD) depuis 2000

Taux en 2014 : 1 € = environ 1,25$

Toutes les banques changent les devises et les chèques de voyages à des conditions similaires.

Les cartes de crédit les plus connues sont acceptées dans les régions touristiques, les grands hôtels et les agences de voyages, mais les commerçants ajoutent souvent une surtaxe de 4 à 10% sur le montant des achats. Prévoyez toujours des espèces pour vos règlements

LANGUE

Les langues officielles sont l’Espagnol et le Quichua.

Les ethnies d’origines indiennes pratiquent également leurs langues.

TELEPHONE

Les liaisons téléphoniques sont parfois aléatoires, même à l’intérieur du pays même si le réseau s’améliore. Les communications internationales sont onéreuses, il est possible d’acheter des télécartes utilisables dans les cabines téléphoniques. Couverture GSM bonne dans l’ensemble.
Pour passer vos appels :

  •  De France à Equateur, composez le 00 593 + numéro local (sans le 0)
  •  D’Equateur en France : 00 33 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

ELECTRICITE

Prise au standard américain (2 fiches plates, 110 Volts). Prévoir un adaptateur universel ou spécifique aux USA.

SHOPPING

Un Panama : star de l’artisanat équatorien malgré son nom, les vêtements en Alpaga, du café…

PHOTOS ET FILMS

S’il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo, ne jamais proposer de payer pour la prendre, cela encourageait une forme de mendicité.

CUISINE

La cuisine équatorienne tire largement parti de la variété des ressources locales : une large gamme de viandes, poissons, légumes et fruits. La nourriture de base est le plus souvent constituée de riz, de maïs, de pommes de terre, de manioc, de beaucoup de poulet, d'un peu d'autres viandes (porc, bœuf), de poisson et de fruits de mer, suivant les régions. Il ne faut pas oublier le Quinoa, qui s'est répandu en Europe. La viande est très présente, bouillie ou mijotée, mais aussi grillée.

BOISSON

L’eau n’étant pas potable, il est indispensable de boire de l’eau traitée ou de l’eau minérale achetée en bouteille capsulée. Nous recommandons la consommation de l’eau purifiée quand cela est possible, cela évite une surconsommation des bouteilles plastiques. La bière locale locale appelée Chicha est conçue à partir de maïs fermenté et vient des indiens.

FETES

Les fêtes font partie intégrante de la vie équatorienne. Avant la conquête espagnole, elles étaient organisées en fonction du cycle solaire et du calendrier agricole. L’église a ensuite intégré celles des communautés indigènes avec ses propres jours de fêtes. Elles consistent donc de nos jours en un mélange de croyances indiennes et de traditions basées sur la foi catholique. 
S’y succèdent toutes sortes de défilés, processions, messes ou pèlerinages. La plus importante fête reste le carnaval dont la spécialité locale consiste à remplir des ballons d’eau et à s’asperger avec. Lors de la Semaine sainte, les processions sont toujours très colorées, en particulier celle de Quito.

POURBOIRES

Les restaurants huppés ajoutent au montant de l'addition 12% de taxe et 10% de service. Si vous êtes satisfaits, vous pouvez ajouter 5% supplémentaires pour le serveur. Dans les restaurants plus modestes, taxe et service ne sont pas compris dans l'addition.
Il est d'usage de donner un pourboire aux porteurs dans les aéroports (0,25$ US par bagage) et dans les hôtels haut de gamme (1$ US par bagage).

On ne laisse pas de pourboire aux chauffeurs de taxi. En revanche, mal payés pour la plupart, les guides apprécient les pourboires, moyennant environ 5$ US par personne et par jour pour un guide très professionnel et moitié moins pour le chauffeur, si vous êtes en groupe. Pour un guide privé, comptez environ 10$ US par jour.

QUELQUES BONNES MANIERES

La colère et l’impatience ouvertement exprimées à l’européenne sont très mal vues en Equateur. Soyez ferme au besoin mais restez calme.

LEXIQUE

Bonjour / Au revoir :                 Hola / Adiós
Merci :                                     Gracias
S'il vous plait :                          Por favor
Excusez moi :                           Escusa me
Je peux ? :                                ¿ Puedo ?
J’ai faim :                                 Tengo hambre
Une bière s’il vous plait :           Una cerveza, por favor
Combien ça coûte ? :                 ¿ Cuánto cuesta ?
Où est la gare ? le bus pour ? :¿ Dónde está la estación de tren / el autobús para ?
Où sont les toilettes ? :              ¿ Dónde están los baños ?
Je ne comprends pas :               No entiendo-Ekèn

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  • Guide du routard Equateur et îles Galapagos (édition 2013/2014)
  • Guide Lonely Planet Equateur et îles Galapagos (édition 2013)
  • Guide Le Petit Futé Equateur (édition 2014)

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

DOUANES

Pas de restrictions particulières

FORMALITES

Le visa n’est pas nécessaire pour un séjour touristique d’une durée égale ou inférieure à 90 jours.

SECURITE

Sans vouloir nier tout risque en ce domaine, l’Equateur est un pays assez sûr. L’Equateur ne présente donc pas de danger particulier pour les voyageurs qui prennent un minimum de précautions et qui font preuve de bon sens.