Népal

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : NEPAL

SUPERFICIE : 147 180 km²

POPULATION : 30 430 000 hab. (estimation 2013)

DENSITE : 197 hab./km²

CAPITALE : Katmandu

NATURE DU REGIME : République fédérale

CHEF DE L’ETAT : Ram Baran Yadav

LANGUE OFFICIELLE : Nepali

MONNAIE : Roupie népalaise

FUSEAU HORAIRE : GMT + 5 h 45 soit +3h45 heures en été et +4h45 heures en hiver par rapport à la France.

RELIGION : La religion principale est l'hindouisme (80 % de la population), mais le pays compte aussi des bouddhistes (10 %), quelques musulmans (4 %) et une poignée de chrétiens. 

REVENU MENSUEL MOYEN : 340 $

RESSOURCES PRINCIPALES : 

Le Népal a peu d'industries extractives et si les ressources naturelles en minerai existent, leur exploitation demeure non rentable eu égard au relief. Les ressources énergétiques du pays consistent en fuel importé d'Inde, bois de chauffage, bouse séchée. 
De nouveaux projets hydroélectriques sont en cours, mais l'instabilité himalayenne fait courir un risque élevé à la construction de grands barrages. Le Népal a le privilège d'être un pays réservoir d'eau : il détient 0,3 % des réserves mondiales.

GEOGRAPHIE

Il a approximativement la forme d’un trapèze. Petit pays de 800 km de longueur et environ 200 de largeur, il couvre une surface de 147 181 km2. Il est enclavé entre l'Inde et la Chine avec lesquelles il partage 2 810 km de frontières terrestres.
D’un point de vue physique, le Népal peut être divisé en trois zones (ceintures) grossièrement orientées Est-Ouest : la zone montagneuse, la zone des collines et la région du Teraï.

CLIMAT

Ces trois zones sont parcourues par les cours d’eau majeurs du pays. L'altitude varie de 60 mètres dans le Téraï à 8 848 mètres avec l'Everest. Cet énorme dénivelé entraîne une grande diversité de climats et de terrains :

  •          subtropical dans les plaines du Téraï qui bordent l’Inde au sud, traversées par un système de trois rivières majeures (Kosi,Narayani et Karnali) qui appartiennent à la bordure Nord des plaines indo-gangétiques ;
  •          tempéré dans la région centrale de montagnes basses et de collines ; froid et sec dans la région des hautes montagnes de l'Himalaya.

FAUNE ET FLORE

Doté de paysages et de conditions climatiques variés, le Népal affiche une biodiversité exceptionnelle.

Au sommet de la chaîne alimentaire trône le tigre royal du Bengale, animal solitaire au comportement territorial. Outre la disparition de son habitat, le danger majeur qui pèse sur le tigre est la chasse illégale : la fourrure de ce félin est utilisée dans les vêtements tibétains, et des parties de son corps sont employées dans la médecine traditionnelle chinoise. Le léopard tacheté, plus courant, constitue un important prédateur pour le bétail. Présent dans les phanta (plaines herbeuses) du Teraï, le rhinocéros unicorne est le plus gros des trois rhinocéros d’Asie. Les seuls éléphants sauvages d’Asie connus au Népal habitent dans la partie ouest du Teraï et des collines des Churia. L’animal le plus rare de tous reste le dauphin du Gange, une espèce en voie de disparition.

Plus de 850 espèces d’oiseaux ont été recensées au Népal, dont presque la moitié dans la vallée de Katmandou. La principale période de reproduction, entre mars et mai, est idéale pour l’observation. Aux oiseaux locaux s’ajoutent les espèces migratrices, qui arrivent de Sibérie dans le Teraï en février et en mars.

On a répertorié quelque 6 500 espèces d’arbres, d’arbustes et de fleurs sauvages, dont la plus connue est sans doute la fleur nationale, le Rhododendron arboreum. La meilleure période pour admirer des fleurs sauvages se situe durant la mousson : la menthe, les plantaginacées, les renoncules, les potentilles, les renouées, les éphédras, les cotonéasters, les saxifrages et les primevères forment alors au sol un tapis multicolore. Nombre d’espèces alpines au-delà de la limite des arbres fleurissent en automne.

Dans les contreforts himalayens et dans les plaines, le banian et le pipal, reconnaissables à leur magnifique feuillage en dais, se dressent souvent au centre des villages. Le sal, un arbre aux larges feuilles semi-caduques et au bois très dur, pousse dans les forêts des basses terres du Teraï. On trouve aussi des savanes d’herbes à éléphant (phanta), qui peuvent atteindre 2,50 m de hauteur.

HISTOIRE

Vers 700 av. J-C-300 :Les Kirati, population mongoloïde venue de l'est, arrivent au Népal. C'est sous leur dynastie que le bouddhisme, introduit par le grand empereur indien Ashoka, se développera au Népal.

Vers 300 : Les Licchavi, arrivés par le sud, renversent les Kirati. Le bouddhisme décline au profit de l'hindouisme.

602 : Arrivée au pouvoir de la dynastie des Thakuri. Le royaume de la vallée de Katmandou s'étend.

Vers 1000 : Fondation de Kantipur (Katmandou).

1200 : La dynastie des Malla offre son âge d'or au royaume. De nombreux monuments sont érigés. Cette période est également marquée par un puissant tremblement de terre. Le Népal se subdivise en 46 cités-États, dont un certain nombre sont en conflit. Émergence de Katmandou, Patan et Bhaktapur.

1372 : Jayasthithi, fondateur de la troisième dynastie malla, s'empare de Patan puis, dix ans plus tard, de Bhaktapur. Il unifie la vallée, et instaure un code de lois et le système des castes.

Vers 1450 : Apogée de l'ère malla. Le royaume s'étend du Gange à la bordure du Tibet. À la mort de Jayasthithi, le royaume se subdivise en divers petits États qui rivalisent d'influence.

1768 : Profitant du manque d'unité du royaume malla, la dynastie des Shah étend son pouvoir et fait de Katmandou sa capitale.

1792 : Défaite des Shah contre les Chinois au Tibet. Le Népal devra payer un tribut à la Chine jusqu'en 1912.

1816 : La guerre anglo-népalaise se solde par une victoire britannique. Le traité de Sugauli instaure les frontières du Népal et accorde à la Grande-Bretagne le droit de se maintenir à Katmandou. Les Britanniques récupèrent le Sikkim et la majeure partie du Teraï.

1816-1951 : Les Britanniques mettent fin au rôle d'intermédiaire commercial des Népalais dans les transactions entre Indiens et Tibétains. Progressivement, le Népal se ferme à tous les visiteurs.

1846-1950 : À la suite d'un coup d'État sanglant, les Rana privent les Shah de tout pouvoir réel pendant plus d'un siècle.

1951 : Le roi shah Tribhuvan constitue un gouvernement incluant des Rana. Le Népal rouvre progressivement ses frontières et s'engage sur la voie de la démocratisation.

1960 : Le roi Mahendra, fils de Tribhuvan, met un frein aux avancées démocratiques et concentre le pouvoir entre ses mains.

1979 : Le roi Birendra, fils du précédent, fait face à une vague de mécontentement populaire. La monarchie népalaise continue d'exercer un pouvoir considérable.

1990 : Après avoir réprimé violemment des manifestations, le gouvernement cède à la pression de  la rue : l'interdit sur les partis politiques est levé et le roi accepte la monarchie parlementaire. Le parti du Congrès népalais remporte 110 sièges (sur les 205 du Parlement) lors des élections qui se tiennent l'année suivante. La seconde force politique du pays est le Parti communiste du Népal-Union marxiste léniniste (CPN-UML).

1992 : La crise économique et l'embargo de l'Inde poussent une fois encore les Népalais dans la rue. Les manifestations font plusieurs morts.

1994 : Les élections législatives voient la victoire du CPN-UML.

1995 : Après seulement 9 mois de pouvoir, les communistes sont renversés par une motion de censure du Parlement. Ils sont remplacés par un gouvernement dans lequel les membres du parti du Congrès népalais sont majoritaires. Naissance d'une guérilla maoïste.

1998 : La lutte contre la guérilla maoïste fait une centaine de morts dans l'ouest du pays. Le Népal continue son difficile et chaotique apprentissage de la démocratie, dans un contexte difficile – fragilité du système économique, extrême pauvreté, illettrisme, fragmentation ethnique, fort taux de croissance démographique.

2001 : En juin, le prince Dipendra assassine le roi Birendra ainsi que 8 membres de la famille royale. En juillet, un nouveau gouvernement est formé. Fin juillet, un accord entre le gouvernement et la rébellion maoïste met un terme provisoire aux actions violentes au Népal.

2002-2003 : En 2002, le Parlement et les conseils locaux sont dissous et non remplacés. Après une recrudescence des attaques de la guérilla maoïste, les négociations sont reprises en 2003.

2005 : Le Premier ministre est renvoyé par le roi, qui s'arroge les pleins pouvoirs et compose un gouvernement de fidèles.

2006 : En avril, après 19 jours de manifestations dans les rues de Katmandou, le roi annonce le rétablissement du Parlement, puis nomme Girija Prasad Koirala au poste de Premier ministre. En mai, le Parlement vote une série de réformes constitutionnelles, qui suppriment notamment le caractère sacré de la monarchie.

2007 : Conformément à l’accord de paix de novembre 2006, les maoïstes népalais commencent le 17 janvier à déposer les armes et entrent au Parlement avec 83 députés. Toutefois, des menaces pèsent toujours sur le processus de paix.

2008 : Le 28 mai, une Assemblée constituante élue proclame l'abolition de la monarchie et son remplacement par une République démocratique fédérale. Elle élit Ram Baran Yadav à la présidence de la République le 21 juillet, et Prachanda à la tête du gouvernement népalais le 15 août.

Mai 2009 : Après un désaccord avec le président de la République concernant le chef des armées, Rookmangud Katawal, Prachanda démissionne de son poste de Premier ministre. Il est remplacé par Madhav Kumar Nepal.

2011 : Le 3 février, Jhala Nath Khanal est élu Premier ministre par le Parlement. Il démissionne le 14 août. Baburam Bhattarai lui succède le 28 août.

2012 : Au printemps, faute de parvenir à un accord sur une nouvelle Constitution, le Parlement est dissous sur fond de blocages, de grèves et de manifestations de grande ampleur. De nouvelles élections législatives sont prévues pour l'automne.

POPULATION

La population du Népal était estimée en 2012 à environ 30 millions d'habitants. La densité de population — rurale à 87 % — était d'environ 203 habitants au km², toutefois, la majorité des Népalais vivant dans le Teraï et la vallée de Katmandou, la densité de population est plus importante dans ces zones.

SITUATION ECONOMIQUE

Un quart de la population népalaise vit en dessous du seuil de pauvreté et le Népal figure dans le peloton de tête des 10 pays les plus pauvres de la planète. Sa forte croissance démographique, associée à un faible développement économique, contribue au plafonnement sinon à la dégradation du niveau de vie d'une grande partie de sa population. Tout comme l'inflation (autour de 10 %). L'insurrection maoïste qui a démarré en 1996 a aggravé cette tendance de sorte que nombreux sont les jeunes Népalais qui émigrent. 
Les efforts déployés par les gouvernements pour dynamiser l'économie et attirer les investissements étrangers ont été contrariés par une forte corruption qui ne s'est pas réduite après l'avènement de la démocratie en 1990. L'instabilité politique après cette date a ajouté d'autres freins, si bien qu'actuellement, le Népal dépend largement de l'aide internationale.

HEURE LOCALE

GMT + 5 h 45 soit +3h45 heures en été et +4h45 heures en hiver par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie est la roupie népalaise (Rp), divisée en 100 paisas.
En 2013, 1 € valait environ 100 Rps. 
Aucun problème pour changer vos euros (en cash ou en chèques de voyage) en roupies népalaises, on trouve des bureaux de change et des banques dans tous les endroits touristiques, à commencer par Kathmandu et Pokhara. En revanche, si vous partez en trek, mieux vaut changer suffisamment pour toute la durée de ce dernier. 
Les banques proposent un taux souvent plus intéressant que les money changers, même si certaines prennent une petite com'. 
Les bureaux de change sont ouverts tous les jours, avec des horaires plus étendus (souvent de 9h à 21h).
Dans les banques, prévoir le passeport pour la transaction. Partout, on vous remet des reçus qu'il faut conserver car, à la sortie du pays, s'il vous reste des roupies, vous pourrez les rechanger contre des euros (ou des dollars) en présentant vos bordereaux. Les roupies népalaises ne sont pas négociables en dehors du Népal.

LANGUE

Népali et nombreux idiomes locaux (bhojpuri, tharu, tamang, newari, etc.) ; anglais très répandu.
 

TELEPHONE

  • De la France vers le Népal : composez le 00, puis le 977 suivi de l'indicatif de la ville (sans le 0) et enfin le numéro du correspondant.
  • Du Népal vers la France :composez le 00, puis le 33 suivi du numéro (à 9 chiffres, sans le 0 initial) du correspondant.

Le pays possède un bon réseau national, même sur certains treks ! Pour être sûr que votre appareil soit compatible avec votre destination, se renseigner auprès de votre opérateur

ELECTRICITE

Le courant est en 220 volts. Si vous utilisez des appareils électriques personnels, une prise dite « de voyage » est très utile car l'écartement des bornes est parfois différent. Le Népal connaît des coupures d'électricité fréquentes.

SHOPPING

Beaucoup d’artisanat peut être acheté comme :

- Les khukuri : couteaux souvent employés comme serpes et que l'on voit quelquefois à la ceinture des Népalais.
- Les saranghi : petites violes dont jouent les chanteurs ambulants. Elles sont toutes taillées dans le même morceau de bois et comportent quatre cordes en boyau de chèvre. L'archet, très court, est fait en crin de cheval. 
- Les moulins à prières : attention, ceux que l'on vous proposera comme anciens sont toujours faux. Possibilité d'en acheter de belles copies fabriquées de façon artisanale. Vérifier qu'ils contiennent bien les textes sacrés à l'intérieur. 
- Les bols chantants tibétains sont vendus dans la plupart des bazars du Népal. Ils sont composés de sept métaux, émettent des sons différents selon le pourcentage alloué à chaque métal. Achetez-les de préférence dans un magasin de musique.

- Les tapis : ils sont en pure laine et les couleurs sont à base de teintures végétales. Voir à Patan, dans le quartier de Jawalakhel.
- Les bijoux : le plus grand choix de colliers traditionnels népalais se trouve à Kathmandu, sur la place d'Indra Chowk. Ce ne sont pas des pierres précieuses mais des perles en plastique ou en verre fabriquées au Japon. Se méfier des poinçons, certains sont trafiqués.
- Les vêtements : on en trouve partout, à des prix défiant toute concurrence. Les tailleurs népalais peuvent vous faire du sur-mesure dans des délais très courts. 
- Les châles appelés pashmina, en duvet de chèvre provenant des hautes régions du Népal (ou du Tibet), sont vendus à tous les coins de rue. Il existe trois qualités différentes : 70 % pashmina et 30 % soie, 50 % pashmina et 50 % soie et 100 % pashmina. Ceux qu'on essaiera de vous vendre seront plutôt proches de 0 %. 
- Les masques en bois : bien travaillés sur Durbar Square à Kathmandu, à Patan et dans de nombreuses boutiques à Bhaktapur.
- Les bronzes, cuivres, étains, laitons à la cire perdue : vous trouverez les plus beaux et les moins chers chez les artisans de Patan. 
- Les thangkas ou paubha : plein de boutiques (pour touristes), mais les vraies œuvres d'art artisanales sont à commander.
- Les papiers népalais : on les appelle à tort « papiers de riz », car il s'agit en fait de papiers élaborés à partir de l'écorce d'un arbre (daphné). La grande majorité de ces papiers est fabriquée à Bhaktapur. D'autres peuvent être issus de matériaux bien plus insolites, tels le jute, le chanvre ou l'ortie. On en trouve absolument partout.

PHOTOS ET FILMS

Ne pas réaliser de prises de vues des aéroports, des sites « stratégiques » (ponts, bâtiments militaires...). Le contrevenant s’expose à la confiscation des appareils et des films ainsi qu’à des poursuites pénales.

Le paiement d’une taxe peut vous être demandé si vous prenez des photos dans les lieux de culte.

Il est conseillé de demander la permission avant de prendre une photo. Par contre, pour les photos de personne ou dans la rue, ne jamais proposer ou accepter de payer pour prendre la photo, cela encourageait une forme de mendicité.

CUISINE

Le menu de base d'un Népalais se compose d'un plat de riz blanc (bhat) et de lentilles (dal) dans leur jus, servies dans un petit bol, que l'on mélange au riz pour le mouiller et en relever un peu le goût. Il s'accompagne régulièrement aussi d'un curry de légumes (tarkari) et d'un mélange d'ingrédients épicés (achars). C'est le fameux dal bhat, ce plat national dont se nourrissent les Népalais matin et soir. Généralement végétarien, il peut néanmoins être servi avec du mouton ou du poulet.
S’il y a une constante dans la cuisine népalaise, c’est d’abord l’utilisation des épices. Et même du « mélange des épices » (qui se dit masala en népali).
La cuisine tibétaine est aussi très répandue au Népal. Elle se compose de soupes aux lentilles ou aux pois cassés, et de momos, sortes de raviolis fourrés à la viande ou aux légume, que l'on sert bouillis ou frits. De même, vous trouverez facilement des nouilles tibétaines accommodées de légumes et de viande (thanthuk), plus rarement le plat traditionnel tibétain (gyacok).

BOISSON

On trouve un peu partout de l'eau en bouteille, minérale
 Le thé est la boisson nationale. Prononcez « tchya » servi à l'indienne, sucré et avec du lait. Le nepali tea est l'équivalent du masala tea indien, c'est-à-dire avec des épices comme des clous de girofle, de la cardamome, etc. Le thé tibétain est très différent ; il est salé et agrémenté d'un peu de beurre de nak (la femelle du yack).
On peut aussi goûter au chang, cette bière tibétaine au goût de cidre fermier. C'est une boisson produite par la fermentation de grains d'orge. Sinon, il y a la bière classique (Everest, San Miguel, Tuborg ; toutes produites localement), peu chère et servie généralement dans des bouteilles de 65 cl.
 Le rakshi est l'alcool de riz népalais.

FETES

Les festivités débutent en janvier avec Magh Sankranti, dont les bains rituels annoncent la fin des mois d'hiver. L'arrivée du printemps est saluée peu après par un hommage à Saraswati, déesse de l'Apprentissage (Basant Panchami). Le mois de février est marqué par Losar, célébration de la nouvelle année tibétaine particulièrement grandiose au grand stupa de Bodhnath.

Puis on fête Maha Shivaratri, l'anniversaire de Shiva – avec une ferveur particulière à Pashupatinath. En février/mars, Holi, la fête des Couleurs, annonce l’arrivée prochaine de la mousson. Avril laisse libre cours à Bisket Jatra (Nouvel An népalais).

En mai, on fête Buddha Jayanti (en l’honneur de l'anniversaire, de l'Éveil et de l'accession au nirvana du Bouddha).

Durant les mois de juillet et d'août, on rend hommage aux serpents avec Naga Panchami et aux vaches avec Gai Jatra. Tout ceci est suivi par l'anniversaire de Krishna (Krishna Jayanta), Teej (fête des Femmes), Gunia (période de pénitence et de jeûne) et Gokarna Aunsi (équivalent de la fête des Pères).

La grande fête d'Indra Jatra, qui marque la fin de la mousson et fête l'apparition de la Kumari (la déesse vivante), a lieu en septembre. En octobre, Dasain célèbre sur 15 jours la victoire de la déesse Durga sur les forces du Mal.

Puis viennent Tihar (seconde plus grande fête hindoue au Népal, en l'honneur de certains animaux), Deepawali (fête des Lumières), le Nouvel An newar et Sita Bibaha Panchami (commémoration du mariage de Sita et Rama), en novembre.

POURBOIRES

Le pourboire dans les restaurants n'est pas obligatoire, mais il a tendance à se généraliser. Si le service n'est pas déjà inclus dans la note, il est d'usage de laisser 5 à 10 % du montant de l'addition. Pour les autres services, quelques roupies suffisent largement.
Remarque : dans les restos et hôtels d'un certain niveau, la note se gonfle en général d'une taxe gouvernementale de 13 %, sorte de TVA qui se rajoute elle-même à une taxe de 10 % pour le service.

A titre indicatif, nos voyageurs ont l’habitude de donner au minimum l’équivalent (par personne et par jour) de :

  •  2€ à 3€ pour les chauffeurs
  •  4€ à 5€ pour les guides

Si le pourboire n’est pas obligatoire et dépend de votre appréciation, il est d’usage d’en donner un quand on est satisfait des prestations.

Sachez que le pourboire est un « plus », en aucun cas il ne se substitue au salaire du personnel.


LEXIQUE

Quelques mots en népalais

Bonjour : Namasté / Namaskan

Au revoir : Namasté / Namaskan

Merci : danyabab

À bientôt : fairi betouala

Je m’appelle… : mero name…ho

Quel est votre prénom ? : tapeiko name ke ho

Combien ça coûte ? hoti ho

Pour commander un thé : eouta kahlo chiya

S’il vous plait : hirpaya

Quelle heure est-il ? : koti bodjié?

Je ne parle pas népalais : mon nepali boldeïna

Je ne comprends pas : moe boudjeïna

Comment allez vous : sen tcheï chha?

C’est épicé ? : piro ho?

BIBLIOGRAPHIE

  • "Le léopard des neiges", Peter Matthiessen
  • "Annapurna premier huit mille", Maurice Herzog
  • "Au coeur des Himalayas. Sur les chemins de Katmandou", Alexandra David-Néel

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

TAXE AEROPORT

Taxe de départ vol international : 20 US $

DOUANES

Pas de restrictions particulières.

FORMALITES

Les ressortissants de tous les pays autres que l'Inde ont besoin d'un visa pour se rendre au Népal, qu'ils peuvent obtenir sans difficulté auprès de l'ambassade ou du consulat du Népal de leur pays d'origine. Depuis le 16 juillet 2008, la législation sur les visas touristiques est modifiée : désormais, les visas touristiques sont tous à entrées multiples, c'est-à-dire qu'ils permettent autant de sorties du territoire népalais qu'il est souhaité au cours du séjour.

Avant leur départ, les ressortissants français, belges et suisses pourront faire une demande de visa à l'ambassade du Népal de leur pays d'origine. Ils devront remplir un formulaire de demande de visas (y compris les enfants), fournir une photo d'identité (non numérique) et présenter un passeport valable au moins 6 mois après la date de demande de visa. Ils devront également s'acquitter pour un visa de 15/30/90 jours de 33/48/108 € (France), 25/40/90 € (Belgique) et 35/60/130 FS (Suisse), en espèces ou par chèque, selon les cas. Le délai maximal d'obtention est de 10 jours.

Vous pouvez télécharger un formulaire de demande de visa sur le site du consulat du Népal en France (www.consulat-nepal.org) ou encore faire votre demande par courrier.

Un visa népalais est valable de 3 à 6 mois à compter de la date de délivrance. Les enfants de moins de 10 ans doivent en avoir un, mais n'acquittent pas les droits.

Les visas peuvent également être délivrés à votre arrivée au Népal, soit à l'aéroport Tribhuvan, soit aux postes-frontières : Nepalganj, Birganj/Raxaul Bazaar, Sunauli, Kakarbhitta, Mahendranagar, Dhangadhi et même à celui de Kodari, sur la route du Tibet.

Pour obtenir un visa à votre arrivée au Népal, vous devrez remplir un formulaire et fournir une photo d'identité. Ces formulaires sont disponibles sur une table dans le hall des arrivées, et certaines compagnies en fournissent pendant le vol. Pour éviter la file d'attente au bureau de l'immigration, vous pouvez télécharger préalablement le formulaire de demande de visa à l'arrivée (en anglais) sur www.treks.com.np/visa. Un visa, valable 15/30/90 jours, coûte 25/40/100 $US. À l'aéroport Tribhuvan, vous pouvez payer avec n'importe quelle devise forte, mais aux postes-frontières terrestres, les agents exigent parfois des dollars en espèces ; ayez toujours de petites coupures sur vous. Seuls les visas à entrée simple sont disponibles à l'arrivée mais si vous en faites la demande, vous obtiendrez peut-être un visa à entrées multiples (80 $US).

Si vous comptez juste faire un passage éclair à Katmandou, vous pouvez obtenir un visa de transit non extensible d'une journée (5 $US), à l'aéroport de Katmandou, à condition d'avoir un billet d'avion pour quitter le pays.

SECURITE

Concernant la sécurité au Népal, vous trouverez sur le site du ministère des Affaires Etrangères (www.diplomatie.gouv.fr) des conseils et avis à jour relatifs à la sécurité des Français en voyage au Népal.