Zimbabwe

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : ZIMBABWE

SUPERFICIE : 390 580 km²

POPULATION : 12 523 000 d'hab. (2010)

DENSITE : 32,09 hab. /km²

CAPITALE : Harare

NATURE DU REGIME : République parlementaire

CHEF DE L’ETAT : Robert Mugabe (président de la république)

LANGUE OFFICIELLE : Anglais – Shona – Sindebele 

MONNAIE : Dollar Zimbabwéen (ZWD)

FUSEAU HORAIRE : GMT + 2 soit un décalage horaire de + 1h00 en hiver, et pas de décalage en été par rapport à la France.

RELIGION : Les principales religions sont le Christianisme, l’animisme, et l’islam.

REVENU MENSUEL MOYEN : 680$

RESSOURCES PRINCIPALES : 

GEOGRAPHIE

Le Zimbabwe est un état de l'Afrique australe qui s’étend sur 840 kilomètres du Nord au Sud et sur 725 kilomètres d’Est en Ouest. Les pays limitrophes sont : la Zambie au nord, le Mozambique à l'est, l'Afrique du Sud au sud, et le Botswana à l'ouest. La majorité du Zimbabwe est constituée de plateaux culminants entre 900 et 1.700 mètres d'altitude.
On y distingue trois zones géographiques principales :
Les Eastern Highlands, région montagneuse
Le Lowveld, au sud qui se caractérise par une savane jaune paille
Les plateaux du nord qui descendent doucement vers le Zambèze et se caractérisent par du bush et des affleurements rocheux.

CLIMAT

Les saisons sont inversées par rapport aux nôtres.
L’hiver (de mai à octobre) est agréable, les journées chaudes, les nuits plus fraîches.

FAUNE ET FLORE

Le pays doit son immense popularité à son environnement sauvage qui offre une faune et une flore d’une grande variété. Les parcs nationaux abritent  des animaux aussi variés que rares (éléphants, lions, guépards, hyènes, chacals, antilopes…) Parmi les espèces qui ne vivent  qu’au Zimbabwe, on peut citer le nyala, le guépard royal ou encore les cercopithèques à diadème, et les dernières espèces de rhinocéros. Quant à la flore, elle se compose essentiellement de bushveld msasa  et mopane, mais aussi des aloès, des euphorbes et palmiers.

ENVIRONNEMENT

Les autorités ont pris des mesures sévères de lutte contre le braconnage mais ont dû apaiser le mécontentement de la population en lançant le programme Campfire : les bénéfices générés par la chasse sur les terrains communaux où les animaux sont parfois une nuisance pour l’homme, sont redistribués aux communautés pour construire des écoles, des hôpitaux et d’autres infrastructures. Le nombre de foyers participants à ce programme a été multiplié par 10 depuis sa création, le braconnage a diminué et certaines espèces menacées comme le rhinocéros se reproduisent à nouveau. Les réserves du Zimbabwe sont confrontées à un désastre écologique provoqué par les habitudes des éléphants (trop nombreux sans cette région) qui ont envahi et dévasté des milliers d’hectares de terres cultivées. Certains arbres comme le baobab ont été tellement abîmés qu’ils risquent de disparaître d’ici les prochaines années !

HISTOIRE

Historiquement, le Zimbabwe est une ancienne colonie britannique lorsqu'elle s'appelait encore Rhodésie.

1888/1889                    Cecil John Rhodes obtient des concessions et fonde la British South Africa                                    Company

1895                            Création de la Rhodésie du Nord et la Rhodésie du Sud

1953                            Unification des deux Rhodésie

1961                            Formulation d’une constitution favorisant les blancs au pouvoir

1965                            Le gouvernement a déclare son indépendance, mais la Grande–Bretagne ne                                reconnaît pas l'acte.

1979                            Suite à des sanctions de l'ONU et une guérilla, des élections libres sont                                        finalement organisées

18 avril 1980                 Le Zimbabwe obtient son indépendance. Robert MUGABE, le tout premier                                    1er ministre de la nation, est resté le seul dirigeant du pays (en tant que président depuis 1987) et domine le système politique du pays depuis l'indépendance.

Mars / avril 2008           Le Président Mugabe et M. Tsvangirai prétendent avoir remporté la présidentielle. Le 3 avril, le MDC a introduit une requête auprès de la Haute Cour afin qu'elle enjoigne à la Commission électorale de publier les résultats  définitifs du scrutin. Les résultats de l'élection présidentielle ont finalement été rendus publics le 2 mai. Aucun des deux candidats n'avait dépassé le seuil de 50 % qui lui aurait permis d'être élu au premier tour.

21 juillet 2008               Le Président Mugabe et les leaders de l'opposition, MM. Tsvangirai et Mutambara ont signé un mémorandum d'accord, ouvrant la voie à des pourparlers devant permettre de sortir le pays de l'impasse politique.

25 août 2008                 Le Parlement a tenu sa première session, près de six mois après les                                           élections.

15 septembre 2008        La ZANU-PF, le MDC et le MDC-AM ont signé un Accord de partage du                                        pouvoir sous les bons offices du Président sud-africain, M. Thabo Mbeki. M. Mugabe conserverait la présidence du pays et M. Tsvangirai assumerait la nouvelle fonction de Premier ministre. La ZANU-PF et le MDC 'ont toutefois pas réussi à s'entendre au sujet de postes clés du nouveau gouvernement.

13 février 2009             Le gouvernement a finalement été constitué. Les ministres du MDC ont                                       prêté serment au sein du nouveau gouvernement.

Avril 2010         Ouverture économique du pays sur la plan international avec la visite controversée du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

2011     Tensions dans le partage du pouvoir ente Mugabe et Tsvangirai.

A la suite des violences et des élections frauduleuses de 2008, la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a imposé un accord politique et un gouvernement d’Union nationale. C’est également dans ce cadre qu’une nouvelle constitution plus libérale (développement des compétences du parlement, système électoral, commission indépendante, charte des droits, restriction des pouvoirs présidentiels), a été adoptée par référendum en mars 2013.

POPULATION

14 millions d’habitants. 98 % de Noirs (71 % de Shonas, 16 % de Ndebeles et 11 % de minorités ethniques), 1 % de Blancs et 1 % de métisses et d'Asiatiques.

SITUATION ECONOMIQUE

Si le potentiel est considérable grâce au climat, aux nombreuses ressources naturelles et main d’œuvre qualifié, l’économie a souvent souffert de la politique du pays. Bien que 80% de la population dépendent de l’agriculture, celle-ci ne représente que 20% du PNB. Le maïs, le coton, le café, le thé, le tabac, le vin et la canne à sucre constituent les principales cultures commerciales. Le bétail, principal signe de richesse demeure une matière première d’importance, le pays est quasi autosuffisant en lait, viande de bœuf, de volaille, de porc et de mouton. L’industrie minière représente environ 40% des exportations, l’or étant le principal fournisseur de devises. Charbon, chromite de fer, nickel, cuivre et minerais de fers et d’étain sont également exportés de manière significative. Le tourisme représente également un secteur en expansion.

HEURE LOCALE

GMT + 2 soit un décalage horaire de + 1h00 en hiver, et pas de décalage en été par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est le Dollar Zimbabwéen (ZWD)

Taux en 2014 : 1 € = environ 462,39 Dollars Zimbabwéen

Change impossible en Europe. Exportation de devises interdites. Vous pouvez changer facilement des euros ou des dollars dans les banques ou les bureaux de change. Evitez les grosses coupures (100$). Il est préférable de ne pas effectuer votre change à l’hôtel, les commissions étant élevées. Les cartes de crédit sont acceptées dans tous les établissements pour touristes, mais ce type de règlement est déconseillé, vous ne savez jamais quel taux de change est appliqué. Mauvaise surprise au retour !

LANGUE

La langue officielle est l’anglais, utilisée dans les administrations et enseignée dans les écoles. Le shona est parlé par environ 70% de la population et le ndébéle par 20% de la population.

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

  •  De France au Zimbabwe, composez le 00 263 + code ville (sans le 1) + numéro local
  •  Du Zimbabwe en France : 00 33 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

ELECTRICITE

Le pays est équipé de prise de courant 220 volts. Les prises sont rectangulaires ou rondes à deux ou trois fiches. Il est conseillé d’emmener un adaptateur, mais sachez qu’il est facile de s’en procurer un sur place.

SHOPPING

L’artisanat est riche : sculptures en ébène, en acajou ou en mukwa, pierres précieuses en émeraude, malachite ou serpentine, sculptées ou serties en bijoux, dentelle, vannerie et le fameux tabouret batonka en bois sculpté, originaire de la région de Binga.

PHOTOS ET FILMS

S’il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo, ne jamais proposer de payer pour la prendre, cela encourageait une forme de mendicité.

CUISINE

Vous apprécierez le plat national « la satza » (sorte de porridge de maïs blanc accompagné de légumes ou viande en sauce), de savoureux plats préparés à base de « viandes de brousse » comme le ragoût « d´impala », le steak de « koudou » ou d´autruche, de queue de crocodile… Des plats à base de poissons sont également proposés dans tout le nord–ouest et l’est du pays.

BOISSON

L’eau n’étant pas potable, il est indispensable de boire de l’eau traitée ou de l’eau minérale achetée en bouteille capsulée. Nous recommandons la consommation de l’eau naturelle traitée quand cela est possible, cela évite une surconsommation des bouteilles plastiques. Evitez de prendre des glaçons dans vos boissons. 

FETES

L’Independance Day est célébré le 18 avril dans tout le pays, les Africa Days les 25 et 26 mai commémorent les anciennes luttes pour l’indépendance sur tout le continent. Les forces armées du Zimbabwe sont fêtées les 11 et 12 août, de même que les héros nationaux.

POURBOIRES

Si le pourboire n’est pas obligatoire et dépend de votre appréciation, il est d’usage d’en donner un quand on est satisfait des prestations.

Sachez que le pourboire est un « plus », en aucun cas il ne se substitue au salaire du personnel.

  • A titre indicatif, nos voyageurs ont l’habitude de donner au minimum l’équivalent (par personne et par jour) de :
  •  1,5 € pour les chauffeurs
  •  3 € pour les guides

En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs,…), les usages sont très variables.

Dans tous les cas, il est recommandé de caler le montant du pourboire que vous souhaitez donner au niveau de vie du pays, comme nous le faisons en France (le prix d’un paquet de cigarettes de marque locale, d’une bière, d’un soda ou d’un repas peut vous donner un aperçu de l’économie locale).

Pour information, le revenu mensuel par personne est d’environ 57$ au Zimbabwe.


LEXIQUE

  Shona                           Ndebele

Mhoro                         -Sawubona                               Bonjour
Manheru                      -Litshone njani                          Bonsoir
Chisarai zvakanaka      -Lisalekuhle                              Au revoir
Makadii ?                     -Linjani ?                                  Comment allez-vous ?
Ndiripo                         -Sikona                                    Je vais bien
Ndatenda                    -Siyabonga kakulu                     Merci
Ndapota                      -Uxolo                                      S’il vous plaît
Pamsoro                      - Ngiyaxolisa                             Pardon
Ehe/Aiw                      -Yebo/Hayi                               Oui / Non
Unonzi ani zita rako ?   -Ibizo lakho ngubani ?               Comment vous appelez-vous ?
Ndini…                        -Elami igama ngingu…               Je m’appelle…
Dzavanguvai ?             -Yisikhati bani ?                        Quelle heure est-il ?
I marii ?                      -Yimalini ?                                Combien ?
Arikupi… ?                   -Ungaphi… ?                             Où se trouve… ?

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  • Le Guide Lonely Planet (en français) – Botswana & Zimbabwe (édition 1999)
  • JPM Guides Southern Africa (en anglais) – (édition 2007)

Livres & Romans

  •  « La Ligne de Front, un voyage en Afrique Australe », de Jean Rolin (édition Petite Bibliothèque Payot, Voyageurs)
  •  « Botswana Blues », de Lars Bonnevie, (édition Petite Bibliothèque Payot, Voyageurs)
  •  « Mammifères d’Afrique et de Madagascar », de T.Haltenorth et H.Diller
  •  « Birds of Botswana », de Kenneth Newman
  •  « Field Guide to the Butterflies of southern Africa », de Igor Migdoll (édition New Holland Presse, Londres)
  •  « Trees of southern Africa », de K. Coates (édition New Holland Presse, Londres)

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :


DOUANES

Pas de restrictions particulières.

FORMALITES

Vous aurez besoin d’un visa.
Vous pouvez effectuer vos démarches directement auprès du consulat :

CONSULAT DU ZIMBABWE
12 rue Lord Byron - 75008 PARIS 
Tel : 01 56 88 16 00

Ou auprès des organismes spécialisés qui se chargeront des formalités à votre place moyennant des frais de prestations 

FAST VISAS
55 avenue Edouard Vaillant - 92100 Boulogne Billancourt
Tel : 01 46 21 80 40 – Fax : 01 46 21 01 15
www.homevisas.com
Ouvert du lundi au vendredi de 09h30 à 13h30 et de 14h30 à 18h30, le samedi de 9h30 à 12h30.

ACTION VISAS
10-12 rue du Moulin des Prés – 75013 Paris
Tel : 0 892 707 710 – Fax : 01 45 88 59 84
www.action-visas.com
Ouvert du lundi au vendredi de 09h30 à 12h00 et de 13h30 à 18h30, le samedi de 09h30 à 13h00.

Liste des documents à joindre pour l’obtention d’un visa Zimbabwe :

  •     Votre passeport (n’oubliez pas de le signer) valable 6 mois après votre date de retour 
  •     2 photos d’identité récentes
  •     1 formulaire de demande de visa complété et signé
  •     Une attestation de voyage fournie par Fleuves du Monde indiquant les dates et durée du voyage

Le visa est valable pour une durée maximum de 3 mois et pour une entrée.

Le délai théorique d'obtention du visa est d’environ 7 jours ouvrés.
Tarif consulaire (au 01/11/08) : 70 € / visa.

Un visa d’entrée est nécessaire pour les ressortissants français. Il peut être délivré soit à l’Ambassade du Zimbabwe à Paris, soit au point d’entrée (aéroport d’Harare ou de Victoria Falls notamment). Les visas à entrées multiples peuvent être obtenus à l’Ambassade du Zimbabwe à Paris ou au Département de l’immigration à Harare. Il n’est délivré, aux points d’entrée, que des visas pour une ou deux entrées. Le visa coûte 30 USD pour une simple entrée, 45 USD pour deux entrées et 55 USD pour un visa à entrées multiples (visa uniquement délivré par le Département de l’immigration à Harare). Les enfants mineurs porteurs d’un passeport ordinaire individuel sont également soumis à l’obligation de visa, ceux figurant sur le passeport de leurs parents en sont dispensés. Il convient de prévoir le montant exact en billets de banque en cas de paiement à l’aéroport. Les passeports français doivent avoir une validité d’au moins six mois.

Soyez rigoureux lorsque vous remplissez des formulaires de visa. 
Ne vous trompez pas dans les dates d’arrivée et de départ, le numéro de votre passeport…etc…
La validité de votre visa dépend de ces documents.
En cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter.


SECURITE

La délinquance est active dans les quartiers périphériques des grandes agglomérations mais aussi, sous la forme de "petite délinquance", sur les sites touristiques.

De manière générale, les précautions suivantes sont recommandées :
Se tenir à l’écart de toute manifestation, réunion publique ou autre attroupement sur la voie publique. Au passage des barrages routiers tenus par la police, surtout des la tombée de la nuit, éviter tout mouvement d’humeur, ou d’impatience.

Eviter de porter avec soi dans la rue tout bagage contenant à l’évidence des moyens de paiement (y compris les ’’bananes’’).
Laisser ses billets d’avion, pièces d’identité, documents de voyage et objets de valeur dans les coffres des hôtels.
Faire preuve de vigilance lorsque des vendeurs à la sauvette proposent un change au taux parallèle, des souvenirs ou des objets d’artisanat local.