Ukraine

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : UKRAINE

SUPERFICIE : 603 700 km²

POPULATION : 44 573 205 habitants

DENSITE : 74 hab./km²

CAPITALE : Kiev

NATURE DU REGIME : République

CHEF DE L’ETAT : Petro Porochenko

LANGUE OFFICIELLE : Ukrainien

MONNAIE : L'hryvnia

FUSEAU HORAIRE : GMT + 2 c'est-à-dire qu’il y a 1h de plus par rapport à la France en été et 2h en hiver.

RELIGION : Catholicisme

RESSOURCES PRINCIPALES : L'Ukraine bénéficie d'un assez gros potentiel agricole. L'agriculture cultive, sur des terres fertiles, des céréales, des betteraves, des tournesols. L'Ukraine produit aussi de la viande et des produits laitiers. Le pays est riche en ressources énergétiques et minérales (fer, uranium, manganèse...). L'économie nationale est très dépendante des exportations de fer et de gaz, et toute baisse du volume des exportations risque d'affecter lourdement la balance commerciale.

GEOGRAPHIE

La Russie exclue, l'Ukraine est, juste devant la France, le plus vaste État d'Europe. Elle est bordée par la Russie à l'est et au nord, la Biélorussie au nord, la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Moldavie à l'ouest, et s'ouvre au sud sur la mer Noire et la mer d'Azov.
Le paysage ukrainien est constitué presque exclusivement de steppes, vastes plaines ça et là entrecoupées de forêts. Une chaîne montagneuse peu élevée traverse le pays du nord-ouest au sud-est mais ce sont surtout les Carpates, à l'ouest, et la chaîne Taurique de Crimée, au sud, qui forment véritablement le relief. Vous trouverez des forêts et quelques marais éparpillés dans le nord du pays mais les steppes du Sud ne sont que très peu boisées. Enfin, près de 3 000 rivières coulent dans le pays.

CLIMAT

En raison de la taille du pays, le climat varie selon les régions. Kiev est à la même latitude que Francfort, et la Crimée à celle de Venise et de la Croatie. Dans l’ensemble, il s’agit d’un climat continental tempéré de latitude moyenne. Les écarts de température entre l’hiver et l’été sont importants. Les mois les moins pluvieux sont octobre et mars, les plus pluvieux, juin et juillet (88 mm mensuel). La meilleure période pour visiter l’Ukraine s'étend donc de mai à fin septembre, en particulier juin (mois le plus favorable), juillet et août.

FAUNE ET FLORE

Jadis baptisée "grenier de l'URSS", près de la moitié du pays est couverte de champs de blé, d'orge, de seigle, d'avoine et de betteraves à sucre. En outre, une "ceinture" de terre noire très riche en humus - l'une des plus fertiles du monde - recouvre près des trois quarts du territoire ukrainien. Au printemps, les vastes pâturages se transforment en immenses champs ondulants de maki (pavots), sonyashnyki (tournesols) et de fleurs de moutarde.
Dans ce plat paysage de verts pâturages et de terres dédiées à l'agriculture intensive, on trouve néanmoins quelques forêts de chênes, d'érables, de tilleuls et de frênes. Les saules et les trembles poussent le long des rivières. Le nord du pays est traversé par une mince bande de forêts, principalement constituées de sapins argentés, de hêtres, de chênes et d'épicéas. Les canards et les oies blanches sont les animaux les plus fréquemment rencontrés et peuplent de nombreuses mares à travers tout le pays.
Très riche, la faune d'Ukraine comprend notamment des loups, des renards, des martres et des cervidés (se terrant le plus souvent dans les forêts ou les montagnes). On recense également plus de 350 espèces d'oiseaux, messagers secrets de nombreuses chansons traditionnelles et contes de fées, et plus de 200 espèces de poissons d'eau douce.

ENVIRONNEMENT

La majeure partie du territoire est formée par une immense plaine agricole (environ 1 000 km sur 600 km) arrosée par le Dniepr et ses affluents. La culture du blé y domine. À l’ouest et au sud-ouest du pays, l’arc des Carpates forme une chaîne de montagnes culminant au mont Hoverla (2 061 m d’altitude). Au sud, baignée par la mer Noire, la Crimée forme une presqu’île de 360 km d’est en ouest et de 250 km du nord au sud. Ce sont des monts assez élevés (point culminant 1 545 m) qui descendent dans la mer Noire, en dessinant des plateaux intérieurs (500-600 m) et se terminant par un très beau littoral abrité et ensoleillé (Yalta, Sébastopol et d’autres stations balnéaires, nombreuses plages).

HISTOIRE

VIIe siècle av. J.-C. : L'histoire de l'Ukraine débute dans le grondement des sabots de chevaux : les Scythes s'installent dans les steppes du nord de la mer Noire, marquant le début d'une période de domination politique et culturelle qui durera des siècles. On trouve encore aujourd'hui des traces de cette culture dans les grottes des monastères de Kiev où les tombes renferment de superbes pièces d'orfèvrerie représentant des formes humaines et animales très détaillées. Le territoire ukrainien connaîtra ensuite les invasions successives de plusieurs peuplades, notamment les Ostrogoths, les Huns et les Khazars turco-iraniens.

IXe siècle : Les Scandinaves sont les premiers à unifier véritablement le territoire, qui prend le nom de Rous, et à imposer leur contrôle sur une longue période. En 878, la Rous prend Kiev et à la fin du Xe siècle, la ville se retrouve au centre d'un territoire unifié dénommé Rous de Kiev qui s'étend de la Volga au Danube et jusqu'à la mer Baltique au nord. En 988, Volodymyr (Vladimir) Ier, souverain de la Rous de Kiev, se convertit au christianisme sous l'influence de Constantinople, marquant ainsi le début d'une longue période d'influence byzantine sur la politique et la culture ukrainienne. En 1520, l'Empire ottoman contrôle la totalité des côtes de l'Ukraine.

XVe siècle : En grande partie désertées à cause des guerres et de la peste, les steppes ukrainiennes deviennent siècle un lieu de refuge pour les serfs et les orthodoxes fuyant les territoires voisins. Connus sous le nom de Cosaques (ou kazaks, un mot turc servant aussi bien à désigner des aventuriers que des hors-la-loi ou des flibustiers) ils en viennent à former un État qui, bien qu'officiellement sous contrôle polonais puis russe, reste géré de façon autonome. Il ne faudra toutefois pas plus de vingt ans pour que le territoire soit divisé entre la Pologne et la Russie.

XIXe siècle : Les années 1840 voient fleurir un fort courant de nationalisme qui conduit les autorités russes à interdire la langue ukrainienne dans les écoles, les journaux et la littérature. A la suite de la première guerre mondiale et de la chute du régime tsariste, l'Ukraine entrevoit une chance de gagner son indépendance mais aucun des mouvements politiques en présence n'obtient de soutien suffisant pour l'emporter sur les autres. S'ensuit une guerre civile qui plonge le pays dans l'anarchie : six camps différents se battent pour le contrôle du pays et Kiev change de mains cinq fois en un an. Après de longs combats entre la Russie, la Pologne et plusieurs groupes ethniques ou politiques ukrainiens, le pays est finalement divisé en deux : une partie de l'Ouest devient polonaise tandis que le reste du pays revient à la Russie pour être finalement rattachée à l'Union soviétique en 1922.

Années 1920-1940 : Tandis que la suprématie de Moscou s'affirme chaque jour un peu plus, une nouvelle vague de nationalisme voit le jour en Ukraine. En 1927, Staline accède au pouvoir, bien décidé à en finir avec ces "nuisances" nationalistes. Les exécutions et les déportations d'intellectuels orchestrées sous son régime ne font qu'accentuer le dépeuplement du pays engendré par la grande famine (holodomor) qui, en 1932-1933, fait plus de sept millions de morts. En outre, Staline s'attaque aux symboles religieux que sont les églises et les cathédrales en détruisant plus de 250 édifices. Durant les purges de 1937-1939, plusieurs millions d'Ukrainiens sont exécutés ou envoyés vers des camps de travail soviétiques. Bien entendu, la guerre ne met pas un terme à ces souffrances et ce sont six millions d'hommes qui périssent dans les combats opposant l'Armée rouge aux forces allemandes. On estime que, dans la première moitié du XXe siècle, la guerre, la famine et les purges ont coûté la vie à la moitié des hommes et au quart des femmes d'Ukraine.

1986 : L'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl et la réaction très tardive des autorités soviétiques provoquent une vague de mécontentement qui dépasse les frontières ukrainiennes. Trois ans plus tard, l'église catholique de rite grec (Uniate) sort de son isolement en étant officiellement reconnue par le pouvoir soviétique.

1990 : Le Mouvement National d'Ukraine (Roukh), branche politique d'un mouvement nationaliste initié à Kiev par des écrivains et des intellectuels de renom, gagne plusieurs sièges lors des élections. En juillet, le parlement adopte une déclaration sur la souveraineté politique (et non la sécession) de l'Ukraine, qui ne fait pas grand bruit. En août 1991, peu de temps après le coup d'État manqué des conservateurs en Russie, le parti communiste ukrainien (CPU) est interdit et, en décembre, la population vote en masse en faveur de l'indépendance.

1991: Anciennement à la tête du CPU, Léonid Kravchouk est le premier président d'Ukraine a être élu. Toutefois, les dissensions entraînent la démission du gouvernement en septembre 1992 et des désaccords apparaissent entre la Russie et l'Ukraine au sujet d'armes nucléaires dissimulées et du contrôle de la flotte de la mer Noire (amarrée dans le port de Sébastopol, en Crimée). Pendant ce temps, l'inflation galopante, les pénuries de carburant et l'effondrement du pouvoir d'achat minent le pays et exacerbent les différences entre groupes ethniques et régionaux.

1994: Le réformateur pro-russe Léonid Koutchma bat Léonid Kravchouk à l'élection présidentielle. Lors des élections législatives de la même année, le CPU profite du désordre politique et économique pour remporter la majorité des sièges.

Fin des années 1990 : De nouvelles tensions voient le jour entre la Russie et l'Ukraine à propos du rapprochement de cette dernière avec l'OTAN.

2001 : Le renvoi du Premier ministre Victor Iouchtchenko marque un tournant inquiétant pour la stabilité politique du pays.

2002 : En juillet, au cours d'un meeting aérien à Lviv, un avion militaire s'écrase sur la foule, faisant plus de 80 victimes. Au-delà de la tragédie, cet accident symbolise l'état de délabrement des équipements militaires du pays. En septembre, à l'occasion du 2e anniversaire de la disparition d'un journaliste qui dénonçait la corruption du pouvoir présidentiel, près de 15 000 personnes défilent pour réclamer la démission du président. Pendant ce temps, Kiev revendique un statut d'Etat associé auprès de l'Union européenne.

2004 : En décembre, dans un climat de manifestation populaire et pacifique, l'élection frauduleuse du premier ministre sortant soutenu par Moscou, Viktor Ianoukovitch, est annulée par la Cour suprême. Viktor Iouchtchenko, leader de la “révolution orange” et pro-européen, devient président de la république d'Ukraine.

2005 : En septembre, le président limoge le gouvernement de Ioula Timochenko et nomme à sa place Iouri Ekhanourov.

2006 : Le 1er janvier, la Russie coupe le gaz à l’Ukraine. Kiev soupçonne que leur voisin veut les punir de s’ouvrir à l’Europe. Moscou affirme qu’elle ne veut qu’être payée le prix juste – soit près de cinq fois le tarif auparavant pratiqué. La coalition parlementaire “orange” éclate le 7 juillet, après la défection surprise du socialiste Olexandre Moroz. Le 24 octobre, Moscou et Kiev s'accordent sur le prix du gaz livré à l’Ukraine en 2007, éloignant le risque d’une nouvelle "guerre du gaz". En août de la même année, le parlement ukrainien nomme Viktor Ianoukovitch au poste de Premier ministre.

2007 : Une centaine de personnes meurent dans le pire accident minier de l’histoire de l’Ukraine. La catastrophe de Zasyadko, à l’est de Donetsk, met en évidence les problèmes de sécurité de toutes les mines de charbon vieillissantes du pays. Les élections législatives sont remportées par Ioulia Timochenko qui redevient Premier ministre.

2008: En mai, l’Ukraine adhère à l’OMC. Dans le même temps, éclate une nouvelle crise politique : les “orangistes” perdent la majorité au Parlement. En décembre, une coalition pro-occidentale à trois voit le jour, mais la crise politique est loin d'être réglée, d'autant qu'elle est exacerbée d'une part par de nouvelles menaces venant de Russie concernant d'éventuelles coupures de gaz, et d'autre part par la crise économique mondiale qui frappe de plein fouet l'Ukraine.

2010 : Viktor Yanukovych est élu président de la République, après un scrutin serré. Il devance Ioulia Tymochenko, qu'il invite à démissionner de son poste de Ier ministre. Le 11 mars, suite à une motion de censure votée contre cette dernière, c'est Mykola Azarov, fidèle du Président Ianoukovytch, qui devient Ier ministre. La cour constitutionnelle invalide la réforme adoptée pendant la Révolution orange qui faisait de l'Ukraine un régime parlementaire. L'essentiel des pouvoirs passe entre les mains du président.

2011 : Polémiques à propos de la construction d'un nouveau sarcophage autour du réacteur n°4 de Tchernobyl. Outre les problèmes de financement, des questions quant à la pérennité et à l'entretien de cette construction demeurent.

POPULATION

Ukrainiens (73 %), Russes (22%), Biélorusses (0,6 %), Moldaves (0,5 %), Tatars de Crimée (0,5 %), Bulgares (0,4 %), Hongrois (0,3 %), Roumains (0,3 %), Polonais (0,3 %), Juifs (1 %), alors qu’ils représentaient près du tiers de la population avant 1939), autres (1,8 %).

SITUATION ECONOMIQUE

L'éclatement de l'URSS en 1991 a été suivi par une décennie de crise économique caractérisée par un phénomène d'hyperinflation. Celle-ci a été jugulée dans les années 2000 grâce à l'introduction en 1996 de l'hryvnia, la monnaie nationale. Le pays a renoué avec une croissance à 2 chiffres, jusqu'à la révolution orange (novembre-décembre 2004).
L'Ukraine a été opposée à la Russie lors de plusieurs conflits (en 2005 et 2007-2008) portant sur l'acheminement du gaz russe qui transite par l'Ukraine La Russie reste cependant l'un des partenaires privilégiés de l'Ukraine. Géographiquement situé aux portes du Vieux Continent, le pays tente également de se tourner vers l'Union européenne.

HEURE LOCALE

GMT + 2 c'est-à-dire qu’il y a 1h de plus par rapport à la France en été et 2h en hiver.

MONNAIE ET CHANGE

L'hryvnia

LANGUE

L’ukrainien

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

  • De France à l’Ukraine : 00 + 380 (indicatif téléphonique de l’Ukraine) + indicatif de la ville + numéro du correspondant
  • De l’Ukraine à la France : composer le 8 + 10 + 33 + n° du correspondant sans le zéro devant.

ELECTRICITE

220V/50Hz, ce sont les mêmes prises qu’en France.

SHOPPING

A rapporter : poupées, oeufs peints, colliers en ambre, objets en bois sculpté des Carpates, tapis et broderies, tableaux naïfs. A Kiev, l'énorme marché qui se tient chaque week-end au stade central de la République vaut le détour. On y trouve tout l'artisanat traditionnel : boîtes, assiettes et cuillères en bois peint, poteries, broderies et couvertures en laine.

PHOTOS ET FILMS

Il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo.

CUISINE

La cuisine ukrainienne d’aujourd’hui repose sur une tradition de cuisine campagnarde, rythmée par les saisons, l’hiver très long et froid, l’été plus court et chaud. Elle se compose de céréales et de légumes (pommes de terre, choux, betteraves, champignons, carottes, courges…).
Pour ce qui est des viandes, les Ukrainiens consomment surtout le porc (lard fumé notamment), le poulet et le bœuf. Les poissons sont consommés séchés ou fumés. Manger dans les kolyba (littéralement, maison de bûcherons) dans les Carpates est un vrai plaisir, la nourriture est délicieuse et pas chère du tout. La viande est habituellement bouillie, sautée ou cuite à l’étouffée et grillée. Les Ukrainiens sont très friands de Shachliki (brochettes de porc ou de poulet). Les desserts sont souvent faits avec du miel et des fruits (cerises, prunes le plus souvent).

BOISSONS

Les principales marques de bière ukrainienne sont la Tchernigovsky, bière de la région de Tchernihiv à 160 km au nord de Kiev, la Obolon (prononcer « abalon »), bière de Kiev, la Rogan, bière fabriquée à l’ouest du pays, la Lvivsky, excellente bière fabriquée à L’viv, et enfin la Slavutich. Au resto, une bière vaut entre 19 et 31 UAH selon la bière. Une bouteille de vodka fait 75 cl ou 1 litre. On trouve aussi du vin de Crimée, servi au verre ou à la bouteille. Il est sec et/ou sucré.
Évitez dans la mesure du possible la consommation de vins ukrainiens ou moldaves courants, ils sont faits à base de poudre et on y ajoute de l'alcool éthylique, pas très bon pour la santé. Les vins à peu près potables viennent de Koktebel en Crimée. Certains bars et restaurants servent des vins d’importation (France, Argentine, Chili, Espagne) qui sont vendus en bouteille (cher) ou au verre. Bonne et pas chère, préférez l’eau minérale, qui vient des Carpates ou de Géorgie, à l'eau du robinet.

FETES

Janvier

  • Nouvel An : C’est de loin la plus grande fête de l’année et si vous pensez que rien ne peut plus vous étonner le soir du réveillon, c’est que vous ne l’avez jamais fêté à Kiev. Au menu : des litres de horilka (vodka) et de “champagne” bon marché.
  • Anniversaire de la proclamation d’indépendance de l’Ukraine : Après l’anniversaire de la révolution d’Octobre, l’Ukraine célèbre la proclamation faite par la Rada Centrale à Khiev le 22 janvier 1918 de l’indépendance complète de la République Populaire d’Ukraine.
  • Noël orthodoxe : Les Ukrainiens fêtent le Noël orthodoxe, remis au goût du jour depuis l’indépendance, le 7 janvier, selon l’ancien calendrier julien. La veille, les familles se réunissent pour le repas de la Svyata Vetcherya (dîner saint), composé de 12 plats.
  • Ancien Nouvel An : Outre deux fêtes de Noël (catholique et orthodoxe), les Ukrainiens s’octroient aussi deux fêtes pour le Nouvel An : selon le calendrier julien, le réveillon du Jour de l’an orthodoxe tombe le 13 janvier.
  • Épiphanie : Dans toute l’Ukraine, les 18-19 janvier, les Ukrainiens les plus audacieux sautent dans les rivières glacées pour célébrer l’arrivée du christianisme dans la Rous kiévienne. La manifestation la plus importante a lieu à Kiev, où de nombreux hommes bravent les eaux glaciales du Dnipro (Dniepr).

Avril

  • Carnaval Humorina : La manifestation annuelle la plus importante d’Odessa, qui prend la forme d’un carnaval de rue d’une journée, a lieu le 1er avril. Chars, musique, spectacles de danse et stands de nourriture envahissent les rues pour célébrer son titre de capitale ukrainienne de l’humour.
  • Pâque orthodoxe (Paskha) : Deux semaines après Pâques, la paskha orthodoxe tombe en avril deux ans sur trois. Cette fête a un caractère plus religieux qu’en Occident, les fidèles apportant des paniers de pysanky (œufs peints) et des pains cuits spécialement pour l’occasion afin qu’ils soient bénis par les prêtres.

Mai

  • Fête de Lviv : Il faut être à Lviv début mai, quand la ville célèbre sa “journée”, associée à d’autres fêtes qui ont lieu en mai et entraînent de nombreux jours fériés.
  • Journées de Kamenets-Podolski : Fêtes de rue, concerts, chorales, parades, expositions et événements sportifs égaient cette “île” rocheuse à la mi-mai.
  • Journées de Kiev : Cette célébration du printemps en l’honneur de la capitale se déroule le dernier week-end de mai. Les festivités prennent fin vers 22h avec un superbe feu d’artifice au-dessus du Dnipro (Dniepr).

Juillet

  • Ivan Koupalo : Une exaltante célébration païenne de l’été qui mêle sauts au-dessus de grands feux, danses autour d’un mât enrubanné, divination, lancer de couronnes dans les rivières. Cette fête est célébrée le 7 juillet. Allez à la campagne pour découvrir des rituels plus traditionnels.

Août

  • Fête de l’Indépendance : Le 24, des célébrations et des défilés, avec spectacles, ont lieu dans toutes les villes. Sur maïdan Nezalejnosti (place de l’Indépendance) de Kiev, est donné un concert pop en soirée, suivi d’un spectacle pyrotechnique.

Décembre

  • Noël catholique : Le 25 décembre, les catholiques ukrainiens célèbrent le premier des deux Noëls. Toutefois, pour la majorité de la population, notamment dans les régions à majorité orthodoxe et russophone, ce n’est qu’un jour comme les autres.

POURBOIRES

Il n’y a pas de règle bien établie. L’usage veut que l’on donne environ 10 % de l’addition à la fin d’un repas dans un restaurant. Dans certains endroits, le service est déjà inclus dans la note. Le demander ou le vérifier au moment de payer.

LEXIQUE

Bonjour : Добрий день (Dobriy dièn)
Comment allez-vous ? : Як справи ? (Yak spravy)
Très bien, merci : Дуже добре, дякую. (Douje dobre, diakouyou)
Quel est votre nom ? Як Вас звати ? (Yak vas zvaty)
Mon nom est _____ : Мене звати ____ (Mene zvaty = Ya nazyvayous')
Heureux de vous rencontrer : Пріємно познаймитись (Pryemno poznayomytys')
S.v.p. : Будь ласка (Bud'laska)
Merci : Дякую (Diakouyou)
Il n'y a pas de quoi : Нема за що (Nema za chtcho)
Oui : Так (Tak)
Non : Ні (Ni)
Excusez-moi : (Vybatchte)
Je suis désolé :(Meni chkoda)
Au revoir : (Dopobatchennia)
Je ne parle pas Russe.(en Russe) : Не говорю по-русски (Nie gavariou pa Ruski).
Je ne parle pas Russe. (en Ukrainien) : (Ya né balakayou po Rossiïski).
Parlez-vous français ? : (vé rozmovliaiètè po frantsouzké?)
Y a il quelqu'un qui parle français ici ? : (htos' tout rozmovliaiè po frantsuzké?)
A l'aide ! : На допомогу ! (na dopomohou!)
Bonjour (le matin) : (Dobroho rankou)
Bonjour (l'après midi) : (Dobry den')
Bonsoir : Добрий вечір (Dobri vetchir)
Bonne nuit : На добраніч (Nadobranitch)
Je ne comprend pas : Я не разумію (Ya ne rozoumiyou)
Où sont les toilettes ? : (dé toualet?)

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  • Guide Lonely Planet Ukraine 2014

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

DOUANES

Pas de restrictions particulières.

FORMALITES

La carte d’identité ne suffit pas, les ressortissants de l’Union Européenne doivent donc être munis d’un passeport en cours de validité, valable six mois après la date de retour. Pour tout séjour de plus de 90 jours, le visa est obligatoire, à demander avant le départ. Il est impossible de l'obtenir sur place.

AVERTISSEMENT

Risque-t-on d’être irradié encore aujourd’hui, en Ukraine ? Non, entend-on le plus souvent. En dehors de la zone dite d'exclusion (interdite) englobant Tchernobyl et Pripiat dans un périmètre de 20 km autour de la centrale accidentée, les taux de radioactivité sont revenus à la normale, et le pays ne présente aucun risque particulier en la matière.
Les régions du nord surtout, autour de Pripiat, contaminées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl sont de toute façon classées zones interdites, et les touristes ne peuvent s’y rendre.
La région de Kiev aurait été épargnée par le nuage radioactif qui serait allé vers la Biélorussie et la Pologne, puis l’Europe de l’Ouest.
La région de Jitomir a quant à elle été fortement touchée par le nuage, mais on en parle peu...

SECURITE

En dépit du cessez-le-feu déclaré le 5 septembre et d’une nouvelle trêve instaurée le 9 décembre 2014, le ministère des Affaires étrangères déconseille de se rendre dans les villes de Donetsk, Makïivka, Horlivka, Debaltsevo, Bakhmutka, Schastye et Louhansk ainsi que dans les environs de Marioupol et de Volnvakha, ainsi qu’en Crimée. Dans le contexte actuel, la plus grande prudence est recommandée.

  • Papiers, passeport : avoir toujours sur soi ses papiers en règle (passeport). La police ukrainienne peut très facilement contrôler les papiers d’un touriste, dans la rue, dans un bar ou dans certaines circonstances particulières. Il peut suffire parfois d’un simple litige autour d’une addition avec un restaurateur pour que celui-ci, s’il sent qu’il a tort, fasse appel à la police.
  • Vols à la tire et pickpockets : comme partout, faire attention à ses papiers dans les lieux publics et les transports en commun, et ne pas porter de pochette banane. Dans les hôtels, fermer sa porte à clé. Ne pas se promener seul la nuit en ville, ni dans les parcs et les zones boisées (nombreux à Kiev), ni sur les îles du Dniepr. Rester très vigilant dans les trains de nuit. On constate à Kiev une recrudescence de la délinquance et de la criminalité depuis plusieurs années, mais ce phénomène ne nécessite pas plus de précaution que dans toute autre grande ville du monde. On évitera toute ostentation, de circuler trop longtemps la nuit en dehors du centre-ville...