Roumanie

Circuits et voyages Roumanie

Terre Balkans

Votre conseiller

Beata, votre spécialiste voyage
Contacter Beata

votre spécialiste Roumanie
au 01 44 32 12 84

Demande de devis

Très investis sur les destinations que nous
proposons, c'est en véritable expert que nous
vous proposons nos conseils et services

Faire ma demande de devis

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : ROUMANIE

SUPERFICIE : 238 391 km²

POPULATION : 19 779 963 hab. (2013)

DENSITE : 89,8 hab. /km2

CAPITALE : Bucarest

NATURE DU REGIME : République semi-présidentielle

CHEF DE L’ETAT : Klaus Iohannis

LANGUE OFFICIELLE : Roumanie

MONNAIE : Leu roumain (RON)

FUSEAU HORAIRE : GMT +2 c'est-à-dire qu’il 1h de plus par rapport à la France.

RELIGION : Catholique orthodoxe

REVENU MENSUEL MOYEN : 957$ (2012)

RESSOURCES PRINCIPALES : La Roumanie possède plusieurs sortes de ressources naturelles : pétrole, gaz naturel, or, charbon, minerais de fer, sel, terres arables, et des ressources hydrauliques.

GEOGRAPHIE

La Roumanie couvre une superficie de 237 500 km2. Le territoire se divise en trois zones géographiques distinctes. Les Carpates décrivent un arc montagneux qui s’étend de la Serbie à l’Ukraine en passant par le centre du pays. À l’ouest, de vastes plateaux abritent, nichés dans les collines et les vallées, des villages et des bourgades bucoliques. Au sud et au sud-est s’étendent les plaines d’où provient la majeure partie de la production agricole du pays. Cette zone débouche sur la mer Noire dans laquelle se jettent les eaux du Danube (Dunarea en roumain), constituant le deuxième delta d’Europe par sa surface.

CLIMAT

La Roumanie possède un climat continental assez accentué, avec des saisons tranchées et des amplitudes de température importantes. L’hiver est long, rigoureux, mais sain (un froid sec) avec un fort enneigement, notamment sur toute la zone carpatique (de novembre à mars-avril). Printemps et automne sont très agréables, mais courts, avec d’importants écarts de température entre le jour et la nuit. L’été est très lourd et épuisant à Bucarest, dans toute la plaine valaque et en Dobrogea. La côte de la mer Noire n’est jamais étouffante. En Maramureş, dans les monts Apuseni, dans les montagnes moldaves ou en Bucovine, l’été est agréablement tempéré par la verdure et les pluies assez fréquentes.

- Mois le plus froid (à Bucarest) : janvier (- 7 °C).

- Mois le plus chaud (à Bucarest) : juillet (+ 30 °C).

FAUNE ET FLORE

Les Carpates roumaines abritent la plus forte concentration de grands carnivores d’Europe (environ la moitié des ours et un tiers des loups d’Europe y vivent).

La biodiversité de la Roumanie fera le bonheur des amoureux de la nature, puisque le pays abrite 33 802 espèces d’animaux (32 sont considérées comme menacées). Le delta du Danube est un paradis ornithologique sans pareil, constituant une étape pour les oiseaux migrant du lointain Arctique russe vers le delta du Nil. Il est aussi le refuge de près de 60% de la population mondiale de cormorans pygmées. La Roumanie englobe plus de 500 zones protégées, en particulier 12 parcs nationaux, 3 réserves de la biosphère et un site classé au Patrimoine mondial naturel et culturel, le delta du Danube.

ENVIRONNEMENT

La Roumanie a la réputation, souvent imméritée, d'être un pays pollué, aux villes repoussantes, une image héritée du passé. C'est vrai qu'il existe çà et là les vestiges (parfois encore actifs) de quelques catastrophes écologiques (Copşa-Mică, Zlatna, Galaţi, Tulcea, Suceava, Baia Mare, Târgu Mureş...). Sans oublier les radiations tchernobyliennes, qui n’ont pas eu la décence de s’arrêter à la frontière... Le régime de Cauşescu a laissé à la postérité des villes défigurées, comme Suceava, Bacău, Oneşti ou Buzău. Les véhicules gris (camions et certains bus notamment) polluent énormément. Bien que Bucarest se soit dotée en 2011 d'une nouvelle station d'épuration, il reste énormément à faire pour le traitement des déchets et des eaux usées.

.

HISTOIRE

Iersiècle av. J.-C. : Le roi dace Burebista fonde un État fort pour résister à la menace romaine.

106 : Trajan conquiert la Dacie (qui couvre l'actuel territoire de la Roumanie), qui devient une province romaine.

271 : Les légions romaines se retirent au sud du Danube. Rome n'aura gouverné la contrée que pendant 175 ans, mais son empreinte perdurera.

Xe siècle : Constitution de petits États roumains. Ils formeront les principautés de Transylvanie, puis de Valachie et de Moldavie.

XIe siècle : Les Hongrois (Magyars) conquièrent la Transylvanie.

XIVe-XVIe siècle : Création de la Valachie et de la Moldavie, qui s'émancipent de la tutelle hongroise et luttent contre l'expansion ottomane. Vlad Ţepeş, prince de Valachie surnommé Vlad l'Empaleur en raison de sa cruauté envers l'ennemi turc, devient un héros. Il inspirera plus tard le personnage de Dracula. Les Ottomans parviennent finalement à imposer un tribut à la Valachie (1386) et à la Moldavie (1455), et à vassaliser la Transylvanie (1526).

1600 : Le prince de Valachie, Michel le Brave (Mihai Viteazul), réunit les trois principautés roumaines sous son autorité, avant d'être renversé et exécuté.

1691 : La Transylvanie est annexée par les Habsbourg.

1711 : Les Turcs durcissent le régime qu'ils imposent à la Moldavie et à la Valachie.

1775 : Annexion de la Bucovine (nord de la Moldavie) par l'Empire austro-hongrois.

1812 : Le traité de Bucarest octroie la Bessarabie (est de la Moldavie) à la Russie.

1829-1856 : La Moldavie et la Valachie sont soumises à un double protectorat ottoman et russe, tandis que la Transylvanie, asservie par l'Autriche-Hongrie, subit une "magyarisation" forcée.

1859 : Le prince Alexandru Ioan Cuza (Alexandre-Jean Ier) unit la Moldavie et la Valachie.

1866 : Le nouvel État prend le nom de Roumanie.

1881 : Carol Ier devient roi de Roumanie.

1916 : Le successeur de Carol Ier, Ferdinand Ier, engage la Roumanie dans la Première Guerre mondiale aux côtés des Alliés. L'Allemagne occupe le pays.

1919-1920 : La Dobroudja, la Bessarabie, la Bucovine, la Transylvanie et le Banat sont rattachés à la Roumanie.

1935 : Le mouvement fasciste dirigé par la "Garde de Fer" de Corneliu Codreanu parvient à dominer la scène politique.

1938 : Face à la montée de l’extrémisme, le roi Carol II dissout les partis politiques, y compris la Garde de Fer, qu’il a pourtant soutenue jusqu’en 1937.

1940 : La Russie annexe la Bessarabie et la Bucovine du Nord ; la Hongrie récupère le nord de la Transylvanie et la Bulgarie la Dobroudja méridionale. La perte de ces territoires entraîne un vaste mouvement de protestation populaire. Le maréchal Ion Antonescu, chargé par le roi de rétablir l'ordre, force ce dernier à abdiquer en faveur de son fils Michel, et impose une dictature fasciste.

1941 : La Roumanie entre en guerre contre l'Union soviétique aux côtés de l'Allemagne nazie.

1944 : Antonescu est renversé ; un armistice est signé avec l'URSS.

1947 : Abdication du roi Michel et proclamation de la République populaire de Roumanie. Sous l'influence soviétique, le régime fait régner la terreur. Les intellectuels et les dissidents sont emprisonnés dans des camps de travail.

1965-1968 :Nicolae Ceauşescu devient secrétaire général du Parti communiste roumain (1965), puis président du Conseil d'État (1967). Sa condamnation de l'intervention soviétique en Tchécoslovaquie (1968) lui vaut les bonnes grâces de l'Occident.

1974 : Président de la République, Ceauşescu poursuit la répression politique, tandis que le pays se débat avec des difficultés économiques et sociales.

1985 : Le "programme de systématisation du territoire" (qui aboutit à la destruction de milliers de villages) s'accompagne de grands projets mégalomanes qui sont autant d'échecs, comme le canal Danube-mer Noire, surnommé le "canal de la mort".

1987-1989 : Après les émeutes ouvrières de Braşov (1987), l'insurrection, partie de l'église de Timişoara, éclate en décembre 1989. Le régime est renversé, Ceauşescu et son épouse sont arrêtés et exécutés le jour de Noël.

1990 : Le Front de salut national, parti néocommuniste dirigé par Ion Iliescu, remporte les premières élections libres. Iliescu est élu président de la nouvelle république de Roumanie.

1996 : Iliescu doit s'incliner devant l'opposition démocratique qui remporte les législatives. Emil Constantinescu, chef de la Convention démocratique roumaine, lui succède à la présidence de la République.

Décembre 2000 : Constantinescu refuse de se présenter à l’élection présidentielle, qu'il qualifie de “mafieuse”. Entre Iliescu et son rival d'extrême droite Corneliu Vadim Tudor, les électeurs roumains choisissent le premier : Iliescu est réélu à la tête de l'État.

2004 : La Roumanie rejoint l'OTAN. Traian Băsescu est élu président de la République.

2007 : Le 1er janvier, aux côtés de la Bulgarie, la Roumanie fait son entrée au sein de l’Union européenne.

2009 : Traian Băsescu est réélu de justesse aux élections présidentielles, sur fond de grave crise économique, sociale et politique.

2011 : La Roumanie et la Bulgarie souhaitent appartenir à l'espace Schengen. En novembre, les Pays-bas s'y opposaient toujours, craignant l'afflux d'immigrés clandestins. La Finlande, quant à elle, a fini par se ranger à la proposition franco-allemande d'ouvrir progressivement les frontières.

2012 : D'importantes manifestations ont lieu à partir de janvier, en réaction à un projet de réforme du système de santé. Un référendum sur la destitution du président Traian Băsescu a lieu le 29 juillet 2012 suite à un conflit entre le président et le premier ministre Victor Ponta. Une trop faible participation invalide le référendum. 

POPULATION

Avec près de 20 millions d'habitants la population roumaine témoigne d'une croissance démographique assez sensible au cours du XXe siècle; en 1930, sur l'actuel territoire, le pays comptait 14,2 millions d'habitants.

La composition ethnique et la répartition religieuse révèle la domination de la souche roumaine (89,5 %) et du culte orthodoxe (69,9 %). Catholique (6,1 %) ou réformée (5,9 %), la minorité hongroise, répartie en plusieurs îlots en Transylvanie, représente 7,7 % de la population. La minorité allemande, qui donna un style particulier à de nombreux villages et villes transylvains, représente aujourd'hui 100.000 personnes. On compterait 2.500.000 tsiganes. La langue officielle est le roumain. Les Hongrois ont sauvegardé leur langue. Les Tsiganes parlent le romani.

SITUATION ECONOMIQUE

Albanie exceptée, la Roumanie est le pays le moins urbanisé d’Europe centrale et orientale. Après avoir subi une nationalisation de type soviétique, le pays a bénéficié d’un programme de stabilisation économique lancé par le FMI en 1997. Si la situation économique s’est améliorée, le malaise social et politique s’en est trouvé exacerbé : les réformes mettent en relief les faiblesses de l’économie roumaine, entraînant inflation et perte de pouvoir d’achat. La première loi relative aux privatisations remonte à 1991, mais une ordonnance s’est avérée nécessaire (1998) pour rendre le processus équitable, transparent et conforme aux mécanismes de marché afin de rassurer les partenaires extérieurs, dont notamment l’UE qui représente près des trois cinquièmes de l’investissement direct étranger.

HEURE LOCALE

GMT +2 c'est-à-dire une heure de plus par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est le leu roumain (RON).
Taux en 2014 : 1 € = environ 4,46 lei.
L'utilisation des cartes MasterCard, Visa (avec commission) ou American Express se répand lentement mais sûrement. Dans toutes les villes, on trouve des distributeurs de billets utilisables avec les cartes internationales. 

LANGUE

Le roumain

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

  • De France à la Roumanie, composez le 00 40 + (sans le 0) indicatif de la ville + numéro local
  • De la Roumanie à la France : 001 33 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

ELECTRICITE

230V, mêmes prises qu’en France

SHOPPING

De la Tuica, du fromage, du miel…

PHOTOS ET FILMS

Il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo.

CUISINE

Selon l’endroit où vous mangez, la cuisine roumaine peut devenir l’un des points forts du voyage. La meilleure cuisine se déguste (comme partout) chez l’habitant.
La cuisine familiale ne renie pas ses racines paysannes et elle est souvent rustico-robuste (le porc, la pomme de terre, la crème, la mămăliga - polenta - et le chou).
Lorsqu'il y a des invités, elle peut devenir raffinée et dévoiler ses racines multiples, notamment en Bucovine : carrefour d'influences slave, juive, turque et d'inspirations locales.

BOISSON

L'eau se dit apă minerală. Le pays est riche en sources, et l'eau du robinet n'est pas toujours recommandable. Quand vous demandez de l’eau minérale (apă minerală), on vous sert de l’eau gazeuse, la plus consommée ici. Demandez apă plată si vous n’aimez pas les bulles. Par ailleurs vous trouverez du vin (tous ne se valent pas, il existe quelques bons crus comme le Carireh, et le Ceptura Serv) ou de la bière, plutôt blonde.

FETES

  • 1er et 2 janvier                                                        Jour de l'An / Nouvel An           
  • En avril ou en mai                                                  Pâques 
  • 1er mai                                                                    Jour du travail  
  • En mai ou en juin (le dimanche et le lundi)          Pentecôte
  • 15 août                                                                   Dormition         
  • 1er décembre                                                        Jour de l'Union (fête nationale roumaine)
  • 25 - 26 décembre                                                 Noël     

POURBOIRES

Au restaurant, laissez un pourboire équivalent à 10% de l’addition si vous êtes content du service.

QUELQUES BONNES MANIERES

La colère et l’impatience ouvertement exprimées à l’européenne sont très mal vues en Equateur. Soyez ferme au besoin mais restez calme.

LEXIQUE

  • Bonjour : buna ziua (dans la journée), bun? diminea?a (le matin)
  • Bonsoir : buna seara
  • Au revoir : La revedere
  • Bonne nuit : Noapte buna
  • Merci : Mersi ou multumesc
  • S’il vous plaît : va rog
  • Pardon : Pardon
  • Santé ! : Noroc !
  • Bon appétit : Pofta buna
  • Oui : da
  • Non : nu
  • Je ne comprends pas : nu inteleg
  • Je ne parle pas roumain : nu vorbesc române?te.
  • Parlez-vous français ? : Vorbiti francez ?
  • Je ne sais pas : nu stiu
  • Où est … : Unde este … ?
  • Combien ça coute ? : Cât costa ?
  • Ouvert : deschis
  • Fermé : închis
  • Interdit : interzis

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  • Guide Lonely Planet « Roumanie et Bulgarie » en français (édition 2013)
  • Guide du Routard « Roumanie et Bulgarie » (édition 2014/2015)

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

DOUANES

Pas de restrictions particulières.

FORMALITES

La Roumanie est signataire des accords de Schengen. Pas de visa exigé pour les pays membres, un passeport ou une carte d’identité suffisent.

SECURITE

La Roumanie est un pays sur, respectez les règles élémentaires de sécurité et vous n’aurez aucun problème.

Vous trouverez sur le site du ministère des Affaires Etrangères (www.dipomatie-gouv.fr) des conseils et avis à jour relatifs à la sécurité des Français en voyage en Roumanie.