Tadjikistan

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : TADJIKISTAN

SUPERFICIE : 143.100 km²

POPULATION : 7 627 200 millions d’habitants

DENSITE : 50 hab/km²

CAPITALE : Douchambe

NATURE DU REGIME : République

CHEF DE L’ETAT : Emomalii Rahmon

LANGUE OFFICIELLE : Tadjik

MONNAIE : Somoni

FUSEAU HORAIRE : GMT +5h00 soit un décalage horaire de + 3h00 en été, et + 4h00 en hiver par rapport à la France.

RELIGION : Islam sunnite

REVENU MENSUEL MOYEN : 72$

RESSOURCES PRINCIPALES : hydrocarbures , aluminium, coton et l'agriculture

GEOGRAPHIE

Le Tadjikistan, officiellement République du Tadjikistan est un pays montagneux d'Asie centrale, sans accès à la mer. Il est limitrophe de l'Afghanistan au sud, de la Chine à l'est, du Kirghizistan au nord et de l'Ouzbékistan à l'ouest. 93 % du territoire tadjik est constitué de montagnes, et plus de la moitié du territoire a une altitude supérieure à 3000m. Son point culminant est le Pic Ismail Samani, ancien Pic Staline, puis Pic du Communisme, à 7495m.

CLIMAT

Le climat du Tadjikistan est continental, les températures connaissent d'importantes fluctuations saisonnières. En janvier, la température varie en moyenne de +2°C à -2 °C dans les vallées du sud-ouest et du nord et descend jusqu'à -20°C sur les hauts plateaux du Pamir. Les maximales de juillet oscillent de 10°C à 15°C dans le Pamir, 25°C à 30°C dans les vallées. Le minimum absolu relevé est de -63°C dans le Pamir (Boulounkoul) et le maximum de 48°C à Pyandj-Bas. Printemps et automne sont les meilleures saisons touristiques.

FAUNE ET FLORE

Le Tadjikistan possède une flore typique des montagnes : edelweiss, genévriers et immenses champs de coton dans les vallées de l'Ouest du pays, près de Douchanbé. Le Tadjikistan possède une faune riche et variée. On rencontre les gros mammifères des montagnes : ours, léopards des neiges, loups, yaks, bouquetins, moutons "Marco Polo", chassés pour leurs étonnantes cornes en spirale, sangliers, mais aussi des rapaces, dont l'aigle royal reste le plus beau spécimen. Un autre animal, bien étrange celui-ci, le yéti (sniejnii tcheloviek, littéralement "l'abominable homme des neiges") continue de hanter les montagnes tadjiks.

ENVIRONNEMENT

Selon l'ONG britannique Oxfam, le changement climatique, la fonte des glaciers et une pénurie d'eau pourraient avoir des effets dramatiques au Tadjikistan (Asie centrale). La population du Tadjikistan, dont une grande partie ressent déjà les conséquences néfastes du changement climatique, va subir de plus en plus ces effets durant les 40 ans à venir si des mesures immédiates ne sont pas mises en œuvre » écrit Oxfam. Il y a déjà une pénurie d'eau, le changement climatique et la pauvreté au Tadjikistan peuvent avoir de graves conséquences "pour la stabilité régionale.
Il pourrait y avoir un effet domino dangereux pour toute l'Asie centrale, étant donné que les pays de la région pourraient se battre pour les ressources en eau qui diminuent.
De nos jours, l'Ouzbékistan, désertique, et le Tadjikistan, montagneux et riche en eau, se disputent le partage du précieux liquide. Les autorités ouzbèkes luttent contre un projet tadjik de construire une vaste centrale hydroélectrique sur le Zeravchan alimentant l’Amou-daria et tous les réseaux d’irrigation de Samarcande : la présidente du Sri Lanka, Chandrika Kumaratunga, a décrété l'état d'urgence après l'assassinat du ministre des Affaires étrangères Lakshman Kadirgamar. Les autorités ont laissé entendre que les auteurs sont des séparatistes membres des Tigres de libération de l'Eelam tamoul.
17 novembre 2005        : élection présidentielle après trois ans de trêve entre le gouvernement et les Tigres de libération de l'Eelam tamoul. Le président actuel ne pouvant se représenter pour un 3e mandat, sont en compétition 13 candidats dont les deux principaux favoris :
15 juin 2006       : un attentat à la mine dans un bus fait 61 morts et 45 blessés dans la province d'Anurâdhapura. Le gouvernement accuse les rebelles tamouls et ordonne le bombardement de leurs camps
19 mai 2009      La lutte des Tigres de libération de l'Eelam tamoul au nord et à l'est pour l'autonomie d'un territoire tamoul a pesé pendant près de trente ans sur le développement de l’économie sri-lankaise. Cette guerre s'est terminée le 19 mai 2009.

HISTOIRE

L'histoire du Tadjikistan est à la fois l'histoire d'un territoire, qui fut intégré à de multiples constructions politiques, de l'Empire perse à l'Union soviétique, et celle du peuple tadjik, les habitants de culture persane de l'Asie centrale.


Dans l'Antiquité, le territoire de l'actuel Tadjikistan appartint aux principaux empires qui se succédèrent entre le Moyen-Orient, l'Asie centrale et l'Inde, tels la Perse Achéménides, l'Empire d'Alexandre le Grand, ses successeurs séleucides, puis le royaume gréco-bactrien. Comme dans toute l'Asie centrale, les influences culturelles et religieuses furent multiples, entre le zoroastrisme persan, les cultes hellénistiques, ou le bouddhisme venu d'Inde ou de Chine. Au premier siècle de notre ère, il fut absorbé dans l'Empire kouchan, au Ve siècle, il était sous la domination des Hephtalites, ou Shvetahûna. Ces nomades furent eux-mêmes remplacés par des groupes turcs, avant que les invasions arabes, au VIIIe siècle, n'entraînent la conversion de la majeure partie de la population à l'Islam.

L'Empire des Samanides fut le premier État persan indépendant à se reformer après la conquête de la région par les Arabes. Fondé par Ismoïl Somoni, d'où son nom, il avait pour capitale la ville de Boukhara, dans l'actuel Ouzbékistan, et s'étendait du Khorasan, en Iran, aux limites orientales du Tadjikistan et de l'Afghanistan. Les Tadjiks considèrent cet empire comme leur première structure étatique, d'où ils tirent le nom de leur monnaie, le somoni. La culture tadjike, ou persane d'Asie centrale, se développa dans les florissantes cités de Boukhara et Samarcande : en témoignent les poètes Rudaki et Ferdowsî ou le philosophe et savant Avicenne.

L'État samanide succomba en 999 aux assauts des tribus turques d'Asie centrale, notamment les Qarakhanides. Les siècles suivants, la région subit les conquêtes de Gengis Khan et Tamerlan, puis se stabilisa sous la domination du Khanat de Boukhara, gouverné par des dynasties turco-ouzbèkes. Les montagnes tadjiks, notamment le Pamir, étaient fréquemment traversées par les caravanes de la Route de la Soie, dont l'expédition de Marco Polo. La langue et la culture persanes continuaient de dominer les cités d'Asie centrale malgré la domination politique turque, contribuant à préserver l'identité ethnique tadjike, comme on appelait désormais les Persans de cette région.

La deuxième moitié du XIXe siècle vit le Tadjikistan, avec le reste de l'Asie Centrale, entrer dans le cadre du Grand Jeu, la rivalité coloniale entre les Empires russes et britanniques. Dès 1868, les troupes russes occupaient Khodjent, la principale ville du nord, porte de la fertile vallée de Ferghana. La chute des khanats de Kokand et Boukhara entre 1873 et 1876 entraîna la colonisation d'un vaste territoire, placé sous protectorat. La conquête fut parachevée en 1895 par l'annexion des principautés du Pamir. La vallée du Pandj, à la limite du Tadjikistan et de l'Afghanistan, marqua dès lors la limite sud de l'influence russe.

Les Révolutions russes de 1917 entraînèrent en Asie centrale comme dans le reste de la Russie une féroce guerre civile. La résistance aux Bolcheviks fut surtout le fait des populations turcophones, derrière le dernier émir de Boukhara, libéré du protectorat tsariste, puis au sein de la révolte Basmatchi, qui persista tout au long des années 1920 malgré une violente répression soviétique.

La République du Tadjikistan fut créée en 1924 avec le statut de république socialiste soviétique autonome incluse dans l'Ouzbékistan, elle devient République socialiste soviétique à part entière en 1929. Sa création s'inscrivait dans le découpage de l'Asie centrale par Staline en républiques ethniques aux frontières tortueuses, alors même que les différentes nationalités, notamment Ouzbeks et Tadjiks, vivaient côte à côte depuis des siècles dans les villes ou la vallée de Ferghana. Les grandes villes de Samarkand et Boukhara, qui étaient peuplées majoritairement de Tadjiks, furent ainsi données à l'Ouzbékistan, et nombre de leurs habitants persanophones furent contraints de souscrire à leur nouvelle "identité" ouzbèke ou d'émigrer dans la nouvelle république tadjike.

Comme les autres républiques d'Asie centrale, le Tajikistan soviétique fut gouverné par l'appareil local du Parti Communiste, à la tête duquel alternaient Tadjiks et Russes.

La Perestroïka, engagée en URSS à partir de 1985, n'entraîna de bouleversements majeurs au Tadjikistan qu'à partir de 1990. Suite à des émeutes à Douchanbe, la république proclama sa souveraineté le 24 août 1990. Le 9 septembre 1991, le président du Parlement, Qadriddin Aslonov, qui avait interdit les activités du Parti communiste, fit proclamer l'indépendance, mais fut renversé dès le 23 septembre par le conservateur Rakhmon Nabiyev, ancien secrétaire général du Parti. Les troubles qui s'ensuivirent s'intensifièrent après l'élection de Nabiyev à la présidence le 24 novembre, jusqu'au développement d'une guerre civile généralisée entre partisans du gouvernement post-communiste, soutenus par Moscou, et une opposition variée, allant de démocrates libéraux à des groupes islamistes, en passant par une série de groupes ethniques et régionaux. Les troupes russes, notamment des gardes-frontières, restent présents et participent aux affrontements, tandis que les civils russes fuient en masse la guerre et la misère grandissante.

Septembre 1992 : Le président Nabiyev est chassé du pouvoir mais ne s’avoue pas vaincu.

Décembre 1992 : Retour du front national au pouvoir. Rakhmonov, l’ancien chef du parti communiste devient président.

Septembre 1994 : Signature d’un cessez-le-feu entre l’opposition islamiste et le pouvoir en place.

Novembre 1994 : Réélection contestée de Rakhmonov.

Fin 1996 : L’opposition entre le pouvoir et la guerilla islamiste tadjik conserve un caractère de guerre civile.

Juin 1997 : Signature d’un accord de paix.

POPULATION

7 349 145 habitants. Les Tadjiks, qui forment le groupe ethnique majoritaire (72 % de la population), appartiennent à la famille des peuples iraniens.

SITUATION ECONOMIQUE

Avec ses 7 millions d'habitants, le Tadjikistan était déjà le pays le plus pauvre de l'ancienne Union soviétique (URSS) mais suite à la guerre civile de 1992-1997, il est devenu l'un des pays les plus pauvres au monde. Par la suite, le pays a connu une forte croissance grâce à l’exportation en aluminium et en coton mais l’économie reste fragile. Le Tadjikistan a des ressources en antimoine, en or et en argent. Son industrie d'aluminium dépend totalement des importations en alumine. Ceci est expliqué par son important potentiel hydroélectrique (notamment le barrage de Nourek), qui réduit le coût de l'électricité, dont l'industrie de l'aluminium est une très grande consommatrice.

HEURE LOCALE

GMT +5h00 soit un décalage horaire de + 3h00 en été, et + 4h00 en hiver par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est le Somoni (TJS).

Taux en 2014 : 1 € = environ 6.35 Somoni.

Change impossible en Europe. Exportation des devises interdites.

Tous les paiements se font en liquide. L’utilisation des cartes de crédit reste aléatoire. Vous changerez sans difficulté, dollars, euros et roubles russes dans les bureaux de change.

LANGUE

Le Tadjik est la langue officielle, et le russe, la langue répandue dans les activités gouvernementales et dans les affaires

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

  • De France au Tadjikistan, composez le 00 + 992 + indicatif de la ville + numéro local
  • De Tadjikistan en France : 10 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

Les téléphones portables bi-bandes fonctionnent bien. Les cybercafés sont nombreux à Douchanbé, l’accès à internet facile.

SHOPPING

A ne pas manquer : les épices, les soieries et les bijoux en argent.

PHOTOS ET FILMS

S’il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo, ne jamais proposer de payer pour la prendre, cela encourageait une forme de mendicité inexistante à ce jour.

CUISINE

Ne manquez pas le nahud sambusa (samoussas aux pois chiches) ou le nahud shavla (bouillie aux pois chiches). Les Tadjiks consomment de nombreuses soupes aux pois et au lait, ainsi que l'ochi siyo halav, un bouillon aux herbes. Le tuhum barak est un plat de savoureux raviolis farcis à l'oeuf et nappés d'huile de sésame. Le chakka (yakka pour les Tadjiks des environs de Samarcande et de Boukhara) est du lait caillé agrémenté d'herbes, qui se marie à merveille avec le pain plat.
Le kurtob est un délicieux plat campagnard, composé de pain, de yaourt, d'oignons et de cilantro (coriandre), garni d'une sauce crémeuse. Dans le Badakhchan, vous pouvez essayer le borj, une bouillie épaisse de viande et de céréales. Les villes d'Hissar et de Douchanbé possèdent une brasserie. Obi Zulol, la meilleure marque d'eau minérale, est mise en bouteille à Istaravchan. Douchanbé et Khorog fabriquent des sodas très sucrés.

BOISSON

Le thé vert est la boisson préférée des tadjiks : ils en boivent à longueur de journée. Eau du robinet non potable, ne consommez que l’eau minérale achetée en bouteille capsulée.

FETES

1er janvier : Jour de l'An.                               14 janvier : Nouvel An Orthodoxe.
8 mars : Journée de la Femme.            21 mars : Fête du Navrouz (Nouvel An zoroastre).
1er mai : Fête du travail.                                 9 mai : Fête de la Victoire.
20 août : Nouvel An Farsi.                                11 septembre : Fête de l'Indépendance.
6 novembre : Jour de la Constitution.               9 novembre : Fête de la Réconciliation Nationale.
31 décembre : Fête du Mouton.

POURBOIRES

Si le pourboire n’est pas obligatoire et dépend de votre appréciation, il est d’usage d’en donner un quand on est satisfait des prestations.

Sachez que le pourboire est un « plus », en aucun cas il ne se substitue au salaire du personnel.

A titre indicatif, nos voyageurs ont l’habitude de donner au minimum l’équivalent (par personne et par jour) de :

  •  1,5 € à 2 € pour les chauffeurs
  •  3 € à 4 € pour les guides

En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs,…), les usages sont très variables.

Dans tous les cas, il est recommandé de caler le montant du pourboire que vous souhaitez donner au niveau de vie du pays, comme nous le faisons en France (le prix d’un paquet de cigarettes de marque locale, d’une bière, d’un soda ou d’un repas peut vous donner un aperçu de l’économie locale).

Pour information, le revenu mensuel moyen par personne ne dépasse pas les 100 $.

QUELQUES BONNES MANIERES

La très grande majorité de la population est musulmane. Il convient de respecter les habitudes locales, notamment en ce qui concerne les égards dus aux femmes, et d’adopter en toute circonstance une tenue décente.

La nudité est à proscrire. Il est déconseillé de porter le short et plus encore de se déplacer torse nu. Il est également recommandé, dans les zones rurales, de ne pas se baigner en maillot à proximité des lieux d’habitation.

LEXIQUE

Salom                                      Bonjour, au revoir
Rakhmat / Teshakkur                Merci
Khayr Naboshad                       Au revoir
ha / Ne                                  Oui / Non
Naghzmi Shumo ?                     Comment allez-vous ?
Mannaghz                                 Je vais bien
Man manefakhmam                   Je ne comprends pas
….Khujo ast ?                           Où est …. ?
Chand Pul… ?                            Combien ?
Mekhmon’hona                         Hôtel
Restoran                                  Restaurant
Khojat’hona                              Toilettes
Khub / Naghz                            Bon
Qimmat                                    Cher

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  • Le guide Petit Futé Asie Centrale (édition 2007)

Livres et romans

  • «Asie centrale : La Route de la soie (Ouzbékistan - Tadjikistan - Kirghizistan - Kazakhstan - Turkménistan - Xinjiang et Gansu chinois) 
  • « de Hervé Beaumont (édition Marcus – 2006)

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

TAXE AEROPORT

Pas de restrictions particulières.

DOUANES

Le Tadjikistan nécessite l’obtention d’un visa d’entrée pour les ressortissants français. 

Merci d’effectuer vos démarches directement auprès du consulat :

Ambassade du Tadjikistan en Belgique (pas de représentation en France)
363-365 Avenue Louise - BP 14
1050 Bruxelles - Belgique
Tél: 00.32.2.64.06.933 - Fax : 00.32.2.64.90.195

Ou auprès des organismes spécialisés qui se chargeront des formalités à votre place moyennant des frais de prestations :

ACTION VISAS
10-12 rue du Moulin des Prés – 75013 Paris
Tel: 0 892 707 710 – Fax : 01 45 88 59 84
www.action-visas.com
Ouvert du lundi au vendredi de 09h30 à 12h00 et de 13h30 à 18h30, le samedi de 09h30 à 13h00.

Liste des documents à joindre pour l’obtention d’un visa tadjik:

  •     Votre passeport (n’oubliez pas de le signer) valable 6 mois après votre date de retour
  •     Une photo d’identité récente
  •     Un formulaire de demande de visa à compléter et à signer (toutes les rubriques doivent être complétées)
  •     Un formulaire d’assurance
  •     Une attestation délivrée par votre compagnie d’assurance précisant que vous êtes couvert pendant toute la durée de votre séjour
  •     Une invitation émanant du Ministères des Affaires Etrangères Tadjik quel que soit la raison de votre voyage (tourisme, affaires, famille…) à vous procurer auprès de notre agence.

Le visa est valable pour un séjour court, pour une entrée. Possibilité de demander des visas pour des séjours longs .Le délai théorique d'obtention du visa est d’environ 15 jours mais cela peut varier.

Tarif consulaire (2014) : 55 € / visa

Soyez rigoureux lorsque vous remplissez des formulaires de visa. 
Ne vous trompez pas dans les dates d’arrivée et de départ, le numéro de votre passeport…etc…
La validité de votre visa dépend de ces documents.
En cas de doute, n’hésitez pas à nous contacter.

SECURITE

D’une façon générale, la situation sécuritaire est désormais satisfaisante dans l’ensemble du pays. Toutefois, suivant les circonstances, notamment à la suite d’évènements rarement relatés dans la presse internationale, les déplacements peuvent être déconseillés dans certaines régions de ce pays. De plus, des champs de mines subsistent, notamment dans certaines zones frontalières, à l’ouest et au sud du pays. Se renseigner régulièrement auprès de l’ambassade de France à Douchanbé et, sur le terrain, auprès de l’une ou l’autre des nombreuses ONG présentes.

Concernant la sécurité au Tadjikistan vous trouverez sur le site du ministère des Affaires Etrangères

(www.diplomatie.gouv.fr) des conseils et avis à jour relatifs à la sécurité des Français en voyage au Tadjikistan.