Botswana

Information pays

Pour voyager l'esprit tranquille

NOM : BOTSWANA

SUPERFICIE : 581 730 km²

POPULATION : 22 446 000 hab. (2012)

DENSITE : 3,6 hab./km2

CAPITALE : Gaborone

NATURE DU REGIME : République

CHEF DE L’ETAT : Seretse Ian Khama (président de la république)

LANGUE OFFICIELLE : Tsawana - Anglais

MONNAIE : Pula (BWP)

FUSEAU HORAIRE : GMT + 2 soit un décalage horaire de + 1h00 en hiver, et pas de décalage en été par rapport à la France.

RELIGION : La religion officielle est le Christianisme.

REVENU MENSUEL MOYEN : 7430 US $ 

GEOGRAPHIE

Le Botswana situé au sud de l'Afrique, est un vaste plateau qui s'étend sur 1.100 kilomètres du Nord au Sud et sur 1.000 kilomètres d'Est en Ouest. Bordé par l'Afrique du Sud (au sud), la Namibie (au nord et ouest) et le Zimbabwe (à l'est), le pays se caractérise par un immense désert qui couvre 85% de son territoire (le désert du Kalahari au Sud).

CLIMAT

Les saisons sont inversées par rapport aux nôtres.

Au Botswana le climat est variable, en hiver (de fin mai à août), les jours sont clairs, chauds et ensoleillés alors que les nuits sont fraîches voire froides. La saison des pluies est marquée (de novembre à mars). Les périodes intermédiaires (avril/début mai et septembre/octobre) sont plutôt sèches mais avec des journées plus fraîches qu’en été et des nuits plus chaudes qu’en hiver.


FAUNE ET FLORE

La majeure partie du pays comprend des parcs nationaux et des réserves sauvages. L’Okavango et le Chobe ont permis de préserver la plupart des espèces d’Afrique Australe, y compris les plus rares comme le cobe de Buffon, le sitatunga, ou encore le lycaon. Le Botswana est surtout recouvert de savane même si l’on compte quelques forêts d’arbres caduques, essentiellement des mopanes, des msasa et des teks du Zambèze. Sur les terres plus humides de l’Okavango, on rencontre une végétation de marécage (roseaux, papyrus, nénuphars et aussi acacias et leadwood).

Les parcs nationaux du Botswana sont les plus sauvages d’Afrique, et se distinguent par de vastes espaces où la nature a conservé ses droits.

ENVIRONNEMENT

Malgré une densité de la population faible, l’activité humaine n’a pas épargné le fragile écosystème des déserts, des zones humides et des savanes. L’Okavango constitue une précieuse source d’eau pour le pays et ses voisins (Angola et Namibie), mais son volume annuel a diminué de près de 20%. Le pays craint que la demande en eau de la Namibie atteigne un niveau qui risque d’épuiser les ressources du fleuve.

Les barrières anti-buffles érigées  en 1954 sur 3000 km pour séparer les troupeaux de buffles sauvages du bétail domestique pour empêcher la propagation de la fièvre aphteuse, ont un impact grave sur certaines espèces animales. Troupeaux de gnous, zèbres et girafes sont souvent stoppés net dans leur migration ce qui conduit à leur mort, surtout en période de sécheresse. Les autorités cherchent des propositions pour contourner les problèmes liés à ces barrières sans avoir à y renoncer, car il reste essentiel de défendre les intérêts du bétail qui est une source de revenu non négligeable.

Aucun grand animal d’Afrique Australe n’est plus menacé que les rhinocéros noirs et blancs, cible favorite des braconniers pour leur corne qui se vend à prix d’or. Il n’en reste qu’un millier d’individus aujourd’hui, et ils sont abattus plus vite qu’ils ne se reproduisent. Le braconnage s’il est interdit, continue à être pratiqué par une minorité.

HISTOIRE

L'histoire du Botswana commence avec la présence de deux tribus principales sur cet espace : les Sans (communément appelés bushmen) et les Khoi-Khoi. Puis les Bantous Tswana, émigrés de l'est africain aux alentours de 1800 ont forcé les populations en place à migrer à leur tour. Les Bantous Tswana se séparèrent en trois sous-groupes : les Pedi qui investirent le Transvaal, les Basotho, occupant l'actuel Lesotho et les Basutho de l'ouest (également appelés Tswana) qui occupèrent le Bechuanaland, lequel deviendra le Botswana actuel. De nombreux migrants vinrent trouver refuge dans cette contrée, à l'image du peuple Herero, fuyant la domination allemande en Namibie. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, des missionnaires parmi lesquels David Livingstone et Robert Moffat eurent une influence non négligeable sur le pays : d'une part ils convertirent peu à peu les Tswana mais ils développèrent également l'éducation et aidèrent les Tswana à obtenir la protection des Britanniques contre l'avancée des Boers dans la région.

C'est en 1885 que cette protection temporaire des Britanniques devint à proprement parler un protectorat à la demande des Tswana. Le protectorat britannique a fait entrer l'anglais dans les administrations, bien que la langue majoritaire dans le pays demeure le Tswana. Cette colonisation britannique se déroula sans heurts.

Les premières élections législatives eurent lieu en 1961.En 1966, le Botswana obtint son autonomie de la part du Royaume-Uni. Sir Seretse Khama devint le président du pays. L'anglais demeura la langue officielle bien que la population continue de parler d'autres langues. La gestion du pays fut bien assurée par Sir Serete Khama qui fut réélu trois fois. À sa mort, en 1980, il fut remplacé par Quett Masire. En 1998, Masire se retire de la vie politique. Et celui qui assurera l'intérim, Festus Mogae, ministre des finances, sera élu président en 1999.Le 1er novembre 2004, le Président Festus Mogae est réélu pour son second mandat.

POPULATION

2 millions d’habitants. Il existe de nombreuses ethnies : les Batswana (80% de la population), les Bakalanga, les Khoï, les Ovaherero, les Bakgalagadi.

SITUATION ECONOMIQUE

Grâce à un climat politique stable et à de vastes ressources naturelles, l’avenir du Botswana se présente bien. Depuis son indépendance, la croissance économique du pays est rapide et stable. Les charges sur les salaires et les entreprises étant peu élevées, cela attire les investisseurs étrangers dans le domaine de l’industrie et du tourisme. La richesse du pays résulte également d’une richesse géologique (diamant). L’industrie diamantifère représente plus de 40% du PNB. Si

l’agriculture ne joue pas un rôle primordial dans la balance commerciale, il est important de préciser que 80% de la population dépend d’elle dans une certaine mesure.

HEURE LOCALE

GMT + 2 soit un décalage horaire de + 1h00 en hiver, et pas de décalage en été par rapport à la France.

MONNAIE ET CHANGE

La monnaie nationale est le Pula (BWP)

Taux en 2014 : 1 € = environ 12.09 Pula

Change impossible en Europe. Exportation des devises interdites.

A L’arrivée dans le pays, il vous sera demandé de déclarer la somme d’argent dont vous disposez et d’estimer à la sortie le montant que vous avez dépensé. Vous pouvez emmener des euros ou des dollars. Le change se fait dans toutes les villes (banques ou bureaux de change). La plupart des cartes de crédit sont acceptées dans les hôtels ou restaurants touristiques. Les chèques voyages sont également bien acceptés mais uniquement dans les banques.

LANGUE

La langue officielle est l’anglais, également celle enseignée dans les écoles.
Le setswana est la langue nationale et est compris par plus de 90% de la population, le sekalanga est pour sa part majoritairement parlé par les Kalanga qui vivent aux environs de Francistown.

TELEPHONE

Pour passer vos appels :

  • De France au Botswana, composez le 00 267 + numéro local
  • De Botswana en France : 00 33 + indicatif de la région (sans le 0) + 8 chiffres du numéro local

ELECTRICITE

Le pays est équipé de prise de courant 220 volts. Les prises sont rectangulaires ou rondes à deux ou trois fiches. Il est conseillé d’emmener un adaptateur, mais sachez qu’il est facile de s’en procurer un sur place.

SHOPPING

L’artisanat est riche : vanneries, poteries, tissus, tapis, sculptures en bois, bijoux, articles en cuir ornés de perles san, perles de coquille d’œufs d’autruche, pittoresques timbres…

PHOTOS ET FILMS

S’il est conseillé de demander la permission pour prendre une photo, ne jamais proposer de payer pour la prendre, cela encourageait une forme de mendicité.

CUISINE

Vous apprécierez les traditionnels mabele et le bogobe (respectivement porridges de millet de de sorgho), base de la plupart des plats batswana, le miele pap ou pap, porridge de maïs importé.

BOISSON

L’eau n’étant pas potable, il est indispensable de boire de l’eau traitée ou de l’eau minérale achetée en bouteille capsulée. Nous recommandons la consommation de l’eau naturelle traitée quand cela est possible, cela évite une surconsommation des bouteilles plastiques. Evitez de prendre des glaçons dans vos boissons. 

FETES

La fête nationale du pays a lieu le 30 septembre.

POURBOIRES

Si le pourboire n’est pas obligatoire et dépend de votre appréciation, il est d’usage d’en donner un quand on est satisfait des prestations.

Sachez que le pourboire est un « plus », en aucun cas il ne se substitue au salaire du personnel.

A titre indicatif, nos voyageurs ont l’habitude de donner au minimum l’équivalent (par personne et par jour) de :

  • 1,5 € pour les chauffeurs
  • 3 € pour les guides

En ce qui concerne le personnel local (porteurs, serveurs,…), les usages sont très variables.

Dans tous les cas, il est recommandé de caler le montant du pourboire que vous souhaitez donner au niveau de vie du pays, comme nous le faisons en France (le prix d’un paquet de cigarettes de marque locale, d’une bière, d’un soda ou d’un repas peut vous donner un aperçu de l’économie locale

QUELQUES BONNES MANIERES

LEXIQUE

Dumêla mma                           Bonjour
Tsamayo sentle                       Au revoir
Tsweetswee                            S’il vous plaît
Kea itumela                             Merci
Ee/Nnyaa                                Oui / Non
O kae ?                                   Ca va ?
Ke teng                                   Je vais bien
A o bua sekgoa ?                     Parlez-vous anglais ?
O tswa kae ?                           D’où êtes-vous ?
Leina la gago ke mang ?           Comment vous appelez-vous ?
Leina la me ke…                      Je m’appelle….
O batla eng ?                           Que voulez-vous ?
Ke batla…                               Je voudrais…

BIBLIOGRAPHIE

Guides de voyage

  • Le Guide Lonely Planet (en français) – Botswana & Zimbabwe (édition 1999)
  • JPM Guides Southern Africa (en anglais) – (édition 2007)

Livres & Romans

  •  « La Ligne de Front, un voyage en Afrique Australe », de Jean Rolin (édition Petite Bibliothèque Payot, Voyageurs)
  •  « Botswana Blues », de Lars Bonnevie, (édition Petite Bibliothèque Payot, Voyageurs)
  •  « Mammifères d’Afrique et de Madagascar », de T.Haltenorth et H.Diller
  •   « Birds of Botswana », de Kenneth Newman 

Vaccinations

Avant tout voyage, merci de consulter votre médecin traitant ou les services médicaux spécialisés.

Le Centre de Vaccinations / Hôpital de l’Institut Pasteur.
209-211, rue Vaugirard - 75015 Paris.
Tél : 01 45 68 80 88
Stations de métro Volontaires (ligne 12) ou Pasteur (lignes 6 et 12), lignes de bus 39, 70, 89 (stations Volontaires, Vaugirard ou Sèvres - Lecourbe)

Centre de vaccinations / Hôpital Pitié-Salpêtrière
(Service des Maladies infectieuses et Tropicales)
Pavillon Laveran - 47, Boulevard de l'Hôpital - 75013 Paris
Prise de rendez-vous au 01 42 49 46 83

Il n’y a pas de vaccins obligatoires.

Comme pour tous les voyages, il est important d'être immunisé contre:

  • Diphtérie, tétanos et poliomyélite
  • Hépatite A (risque alimentaire)
  • Hépatite B (risque sexuel, et sanguin)

et moins systématiquement et en fonction des risques personnels d'exposition:

  • Typhoïde (risque alimentaire)
  • Rage pour les séjours aventureux, et pour les résidents, surtout les enfants
  • Encéphalite japonaise (à faire faire dans un centre de vaccinations agréé), pour les séjours de plus d´un mois en zone rurale, en période de mousson.
  • Méningite A+C en cas de risque épidémique.

Paludisme

Si un traitement anti - paludéen est fortement recommandé dans tout le pays en général et encore plus dans les zones de forêt (Zone 3 : LARIAM ou MALARONE), n’oubliez pas qu’il est également préconisé de prendre les mesures de prévention contre les piqûres de moustiques : répulsifs efficaces, vêtements couvrants, moustiquaires... Et ceci d'autant plus que ces mesures vous protègeront d'autres affections (comme la dengue en recrudescence).

Epidémiologie

Les informations épidémiologiques (Epizootie de grippe aviaire, Chikungunya, Grippe A…) sont régulièrement mises à jour sur les sites :

  • du ministère de la Santé : www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
  • de l’Institut de veille sanitaire : www.invs.sante.fr
  • de l’Institut Pasteur : www.pasteur.fr
  • de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) : www.who.int

Pharmacie

Pensez à prévoir une petite pharmacie personnelle :

  • Médicaments habituels (si vous êtes en cours de traitement)
  • Anti-inflammatoire (Aspirine, Doliprane ou Ibuprofène)
  • Crème solaire, Biafine,
  • Elastoplast, tricostéril…
  • Collyre neutre
  • Anti-diarrhéique et antiseptique intestinal (Imodium, Ercefuril…)
  • Pommade cicatrisante et antiseptique local

Sur place

En cas de problème grave sur place, difficile à résoudre par l'intermédiaire de votre organisme d'assistance, vous pouvez prendre contact avec les services de l'Ambassade de France :

TAXE AEROPORT

Pas de restrictions particulières.

DOUANES

FORMALITES

Si vous êtes ressortissant des pays membres de l'Union Européenne, de Suisse, d'Autriche et des Etats-Unis d'Amérique, vous n'avez pas besoin de visa.

Cependant vous devez être muni à votre arrivée :

  • d'un passeport valable 6 mois après la date de sortie du Botswana
  • un billet de retour
  • une réservation d'hôtel ou une lettre d'hébergement

Pour les autres nationalités : nous consulter.

AVERTISSEMENT

SECURITE

Bien que le pays reste relativement sûr, la criminalité est en augmentation constante depuis quelques années dans les centres urbains du Botswana. L’atmosphère a priori paisible de Gaborone ou Francistown, les deux principales villes, peut être trompeuse. Il est recommandé, si possible, de ne pas conserver sur soi des objets ou des documents de valeur, et d’éviter de se déplacer à pied dans les quartiers excentrés ou de nuit.